Free Mobile : Certains Freenautes accusés d’aller trop loin

Free Mobile : Certains Freenautes accusés d’aller trop loin
Certains Freenautes iraient-ils trop loin dans la défense de Free ? C’est en tous cas ce qu’estime Le Journal du Net qui publie un article à charge à ce sujet. « Ces Free FanBoy […] vont de forum en forum, d’article en article pour rétablir la "vérité" sur Free à savoir que les opérateurs mobiles sont des escrocs, que Free Mobile est une libération et qu’en conséquence, les quelques ratés entourant le lancement sont des détails. » explique le site. Il est bien sûr impossible de nier que ce phénomène existe, mais il n’est pas nouveau, il existe depuis de nombreuses années dès qu’il s’agit d’Apple (et même chez les autres opérateurs dont les Fanboys viennent également quotidiennement, au moins sur Univers Freebox, dénigrer Free)
 
Selon Le Journal du Net, c’est Xavier Niel qui aurait initié ces réactions « en n’hésitant pas à parler de "gruge", "arnaque", "pigeon" pour parler de ses concurrents » lors de la conférence de lancement de Free Mobile. Un bouc émissaire tout trouvé, mais les choses ne sont évidemment pas aussi simples. Tout d’abord, même si des médias découvrent aujourd’hui le tempérament de Xavier Niel, ce dernier a toujours utilisé les mêmes mots et a toujours dénoncé les abus dans le secteur des télécoms, que ce soit dans l’ADSL ou le mobile. Les « Free FanBoy », qui par définition connaissent bien le personnage, n’ont donc pas eu besoin d’attendre cette conférence de presse pour connaitre la façon de penser du fondateur de Free
 
Surtout, l’analyse du Journal du Net ne tient absolument pas compte du sentiment que peuvent ressentir des abonnés qui découvrent qu’ils ont payé trop cher leur abonnement mobile durant des années. Ces derniers n’ont pas eu besoin d’écouter les propos de Xavier Niel pour constater que leurs forfaits étaient beaucoup plus chers que ceux de Free Mobile. N’importe quelle personne qui a le sentiment d’avoir été « arnaquée » va en vouloir à celui qui en est la cause, et ne se gênera pas pour le lui dire. C’est humain. On peut regretter les insultes, mais les reproches sont justifiables.
 
Précisons également qu’Univers Freebox gère le Concept Store de Nancy, qui a pour objectif d’accompagner les Freenautes. Le public qui s’y rend (des centaines de personnes par jour depuis le lancement de Free Mobile), ne sont pas tous des aficionados de Free, ce serait même plutôt le contraire. Et pourtant, sans connaitre le discours de Xavier Niel, il utilise la même sémantique pour qualifier la situation, en utilisant les termes « d’arnaque », « vaches à lait » etc. Les abonnés n’ont donc pas besoin du fondateur de Free et sont capables d’en tirer les mêmes conclusions par eux-mêmes.
 
La théorie du complot
 
Comme l’indique Le Journal du Net, cette dernière est souvent utilisée, c’est une réalité. Mais encore une fois, cette théorie du complot puise ses racines dans des faits réels. Concernant la licence 3G, le lobbying des 3 opérateurs historiques a été intense pour que Free ne l’obtienne pas, et le Président de la république les a soutenus. Free ne doit certainement sa licence qu’à François Fillon. "Fillon a fait adopter le texte en Conseil des ministres en vitesse pendant que Sarko était sorti répondre à un appel ! Et il a signé le décret en profitant de son malaise vagal", expliquait Xavier Niel en janvier 2011. Le premier ministre a d’ailleurs été remercié par le fondateur de Free lors de la conférence de lancement de Free Mobile.
 
On peut également prendre pour exemple la couverture médiatique de Free Mobile. Deux chaînes, TF1 et Canal+, se sont ainsi fait remarquer par leur traitement minimaliste et parcellaire, comme l’a constaté Arrêt sur Images.
 
Alors bien sûr, sortir la théorie du complot dès qu’un article n’est pas favorable à Free n’a pas de sens, mais on ne peut nier que les concurrents de Free, leurs filiales médiatiques et leurs appuis politiques ont œuvré pour compliquer la tache du nouvel operateur mobile.
 
Des commentaires injurieux en réponse aux articles défavorables à Free
 
Le journal du Net ajoute « Puisque la première théorie du complot a parfaitement fonctionné, on se déchaîne. 01net encore publie un article sur la compatibilité de tel ou tel Smartphone avec Free Mobile. Et voila qu’on s’en prend au PDG du groupe NextRadioTV, Alain Weill, qui est accusé de sympathies Sarkozystes et – donc – défavorable à Free Mobile. On oublie évidemment de préciser que le même Alain Weill est administrateur… d’Iliad. Mais 01net n’est pas le seul : Challenges, le Nouvel Obs, Rue89,… sont inondés de messages injurieux. »
 
Le buzz médiatique autour de Free Mobile ayant été très important, il est donc normal qu’en retour, les articles traitant des problèmes soient plus nombreux que pour les autres opérateurs. C’est le revers de la médaille. Tout ce qui touche à Free Mobile fait le buzz, que ce soit le positif comme le négatif. Alors certes, les reproches faits à Free Mobile peuvent paraitre secondaires par rapport à tout ce qu’il apporte, mais il est normal que la presse en parle. 
 
Il n’est cependant pas juste d’affirmer que l’on ne peut parler des problèmes de Free Mobile. Sur Univers Freebox cela a fait l’objet de plusieurs news, et, alors même que c’est le principal site communautaire autour de Free, peu de freenautes ont défendu l’opérateur lorsque le problème était avéré. Un exemple encore hier.
 
Le Journal du net conclue par « Une fois la belle mécanique lancée, c’est le torrent de boue. Les forums, les commentaires sont assaillis d’allusions. Les médias sont – forcément – tous pourris et vendus aux opérateurs. Les concurrents de Free sont – évidemment – des escrocs qui ont violé, tué, enlevé. Tant que Xavier Niel n’arrêtera pas le torrent d’insultes qu’il a lui-même lancé, les "Free fanboys" continueront de le suivre »
 
Malheureusement l’excessivité change là de camps. Il est totalement mis de coté que les opérateurs historiques ont une grosse part de responsabilité dans les réactions qui jalonnent les sites web à propos de Free Mobile. Il ne faudrait pas occulter le fait qu’ils se soient entendus sur les prix (même si leur condamnation date de plusieurs années), et que cette entente avait pour seul objectif de maintenir des tarifs élevés. Qu’on accuse Xavier Niel d’avoir fait germer ces comportements extrêmes, peut être, mais il ne faut pas oublier que si c’est le cas, c’est uniquement dû au fait que les opérateurs historiques ont préparé le terreau de cette « révolte » durant des années.