Free Mobile : “Le scénario du pire” selon un opérateur

Free Mobile : “Le scénario du pire” selon un opérateur

Ce matin, nous vous proposions une approche du modèle économique de Free Mobile. Depuis quelques jours, l’engouement pour les deux offres présentées par Xavier Niel mardi dernier n’en finit plus.

Dans ce contexte, des analystes estiment que les profits d’Orange, SFR et Bouygues Télécom pourraient chuter d’ici à 2015 du fait de la guerre des prix.
En sommes, Free Mobile change la donne sur le marché et cela pourrait avoir un impact sur l’emploi dans le secteur des télécommunications.

Annoncé comme « un tsunami » par Stéphane Richard lors de la présentation de ses vœux au personnel de l’opérateur historique, les forfaits proposés poussent les opérateurs à modifier leurs abonnements à la baisse pour se rapprocher des 20 euros.

Selon Les Echos, « c’est le scénario du pire » lâche t-on chez un opérateur. Le cabinet AT Kearney estime à 46 % le rabais moyen offert aux clients. En une semaine, le prix de l’abonnement mobile à été divisé par deux et Xavier Niel murmure qu’il peut faire mieux. Vendredi après midi, le fondateur de Free était l’invité de l’émission « De quoi je me mail » de François Sorel. Lorsque le journaliste lui a posé la question de savoir qu’elle serait l’attitude de Free Mobile si la concurrence s’aligne, Xavier Niel a répondu : « Quel bonheur ! (…) On va enfin pouvoir sortir ce qu’on a dans les poches. (…) On a des surprises. »

D’ici 2015, le courtier Raymond James estime que le revenu moyen par abonné pourrait baisser de 10% par an. Dans ce cas de figure, France Télécom devrait affronter une baisse de l’excédent brut d’exploitation en quatre ans de 1 milliard d’euros. SFR aussi pourrait voir ses profits chuter de 1 milliard d’euros et Bouygues Télécom pourrait perdre 400 millions.

« Nous allons devoir dégrader une ou plusieurs des variables : dividendes, investissement et emplois », estime le cadre d’un opérateur. D’autant que la masse salariale de Free ne représente que 5% du chiffre d’affaires alors que chez Orange, c’est l’équivalent de 28% du chiffre d’affaires.
Mais les opérateurs pourraient aussi choisir d’affronter la vague Free Mobile en réduisant les dividendes…

 

Dernièrement, Xavier Niel a déclaré, dans l’interview accordée à Univers Freebox, que Free venait sur ce marché pour "foutre le bordel" et qu’il semble bien qu’il y soit arrivé