Avec ses fréquences, Free pourra couvrir au moins 80% de la population en 4G

Avec ses fréquences, Free pourra couvrir au moins 80% de la population en 4G
La semaine dernière, l’ARCEP a annoncé que la candidature de Free Mobile n’avait pas été retenue pour les fréquences 800 Mhz. L’opérateur pourra cependant utiliser ses fréquences 2,6 Ghz, qu’il a obtenu lors du premier appel d’offres. D’une moins longue portée, ces fréquences sont surtout destinées aux zones urbaines. 
 
Il restait à savoir quelle frange de la population Free était capable de couvrir en 4G avec les fréquences dont il dispose. Une interrogation à laquelle a répondu Maxime Lombardini au journal Le Monde. Le jeu de fréquence décroché en septembre devrait lui permettre « de déployer la 4G sur 80% de la population au moins ». On comprend donc mieux pourquoi Free n’était pas prêt à débourser des centaines de millions d’euros pour couvrir les 20% de la population restante. D’autant plus que cette partie de la population ne sera pas oubliée par Free puisqu’il pourra bénéficier d’un accord d’itinérance 4G sur le réseau d’un de ses concurrents. « SFR ayant cumulé deux blocs de fréquences, a l’obligation de nous fournir l’itinérance en 4G. Nous pourrons également négocier cette itinérance avec Orange, qui est notre partenaire aujourd’hui » s’est félicité le directeur général d’Iliad/Free.
 
Le Monde a part ailleurs indiqué que le brouillage de la TNT par certaines des fréquences 4G attribuées aux opérateurs couterait très cher à régler. Selon les estimations de Free cela reviendrait « entre 120 et 130 euros par téléspectateur » pour installer des filtres sur les antennes des particuliers.