Quelles conséquences pour Free Mobile sans les frequences en or ?

Quelles conséquences pour Free Mobile sans les frequences en or ?

Hier, l’Arcep a publié les résultats de la procédure d’attribution des licences mobiles 4G dans la bande des 800 MHz. Elle a aussi mis en ligne sa décision de compte rendu.

 
Ce document rappelle que si Free n’a pas obtenu une fréquence dans la bande des 800 Mhz, il dispose en revanche d’une fréquence 4G dans la bande des 2,6 GHz. De plus, Free Mobile bénéficiera d’un droit à l’itinérance dans la bande des 800 MHz en zone de déploiement prioritaire.

 

Free Mobile pourra, de droit, bénéficier de cette itinérance dès lors que son réseau à 2,6 GHz aura atteint une couverture de 25 % de la population. Ce droit d’itinérance est possible puisque Free Mobile ne bénéficie pas d’une fréquence 800MHz, il est titulaire d’une autorisation d’utilisation de fréquences dans la bande 2500 – 2690 MHz et sa candidature pour la bande des 800 MHz a été considérée par le régulateur comme « recevable et qualifiée ».

 

Cela dit, les fréquences 800MHz sont plutôt destinées à couvrir les zones rurales (1 antenne pour 100km max) et péri-urbaines. En zone péri-urbaine, ces fréquences facilitent l’acquisition du réseau dans les bâtiments. En revanche la bande 2,6 GHz est plutôt destinée aux zones urbaines là où Free devrait générer le plus d’abonnements mobiles puisque c’est en ville que l’on trouve le plus de Freenautes.

 

Pour les zones moins denses, Free pourra utiliser la fréquence 900 MHz en 3G facilement puisque ses équipements réseaux sont compatibles 3G et 4G.

 

"Leur précédente offre pour un bloc 4G leur a permis d’obtenir ce qu’ils voulaient – un débit rapide dans les villes – et ils ont obtenu un accord d’itinérance, ce qui veut dire qu’ils pourront aussi couvrir les zones rurales", a expliqué un trader à investir.fr

 

Le réseau Free Mobile est prêt à accueillir la 4G :
 
Dans sa décision de compte rendu, l’Arcep confirme que Free a anticipé l’arrivée de la 4G dans le cadre du déploiement de ses antennes relais. Un réseau 4G qui coûtera donc beaucoup moins cher à Free que celui des autres opérateurs, et que le nouvel opérateur pourra déployer plus rapidement. Même s’il n’obtient pas de fréquences 800MHz Free pourra utiliser ses antennes 3G/4G pour couvrir les zones moins denses, avec les fréquences 2,6 GHz.

 
Selon le document de l’ARCEP : « La société Free Fréquences mentionne que le groupe Iliad, par anticipation de l’arrivée du très haut débit mobile, a fait le choix, dès le lancement du déploiement du réseau 3G de Free Mobile, d’établir un réseau pouvant évoluer vers la 4G, permettant une mutualisation 3G/4G de sites d’émission. Une lettre de support du constructeur d’équipements de réseaux […], incluse dans le dossier de candidature, vient confirmer que les choix d’architecture de ce réseau 3G ont été effectués de manière à faciliter l’évolution vers un réseau 4G »