Le CSA définit 4 principes pour les TV connectées

Le CSA va s’intéresser à la télévision connectée. Il mettra ainsi en place, en janvier 2012, une commission de suivi de l’usage de la télévision connectée associant, des représentants des pouvoirs publics, des professionnels de l’audiovisuel et de la société civile.
 
D’ores et déjà, Michel Boyon, le Président du CSA, a défini les quatre principes auquel le Conseil était attaché
 
– refus de tout recul dans la définition des domaines justifiant une régulation (protection de l’enfance, dignité de la personne, protection du consommateur, pluralisme, etc.) 
 
– allègement de certaines réglementations pesant sur les chaînes (chronologie des médias, plafond de concentration, circulation des oeuvres) sans porter atteinte aux intérêts des créateurs.
 
– obligation pour toute entreprise tirant un revenu de l’exploitation d’une oeuvre de participer au financement de la création ;
 
– élaboration d’une corégulation avec les professionnels pour les contenus audiovisuels circulant sur l’internet.
 
Michel Boyon a indiqué qu’il est encore difficile de prévoir l’ampleur et les conséquences du phénomène, et a souligné les risques que celui-ci pouvait comporter pour l’équilibre économique des chaînes, le financement de la production audiovisuelle et cinématographique française et la liberté de choix du téléspectateur. Pourtant, selon lui, l’internet est plus un complément qu’un concurrent de l’audiovisuel, comme le montre le succès de la télévision de rattrapage.