Face à Free, Budget Télécom et Zéro Forfait jouerons la carte famille et l’originalité de l’offre

Face à Free, Budget Télécom et Zéro Forfait jouerons la carte famille et l’originalité de l’offre


Les deux opérateurs virtuels (MVNO) Budget Télécom et Zéro Forfait ne voient pas d’un si mauvais œil l’arrivée de Free sur le marché du mobile. Les deux petits MVNO comptent même « surfer sur le buzz pour adapter leurs offres ».

 
Au troisième trimestre, les MVNO ont gagné 882 000 clients supplémentaires et comptent désormais 6,8 millions de clients contre 4,1 millions il y a un an. Les opérateurs virtuels ont le vent en poupe et l’arrivée de Free Mobile ne semble pas leur faire peur même si leur fond de commerce est principalement basé sur des formules sans engagement : une des composante des abonnements Free.

 
Patrick Gentemann, directeur de Zéro Forfait note que la concurrence a progressé grâce aux opérateurs virtuels et l’arrivée de Free Mobile ne sera que profitable : « Nous les attendons de manière positive pour en faire plus. Nous pensons surfer sur leur buzz pour adapter nos offres, nous sommes plutôt sereins » a-t-il expliqué à la rédaction du site Zdnet.

 
Du côté de Budget Télécom, même son de cloche : « Même si nous n’avons pas les mêmes moyens pour communiquer, nous avons défriché le terrain, nous avons montré aux consommateurs qu’il est possible de baisser fortement les tarifs. Aujourd’hui, les choses sont claires : les gens savent faire de bonnes affaires" a commenté José Caballero, directeur marketing du MVNO.
De plus, il estime qu’il pourra surement s’aligner sur les prix. En revanche, le directeur marketing de Budget Télécom estime que « l’opérateur (Free) ne jouera pas seulement la carte du prix mais aussi celle de l’originalité des offres ». Sur ce dernier point, il juge que les MVNO doivent également travailler dans ce sens.
Quant à Zéro Forfait, les efforts doivent se faire sur les offres familiales : "Il faut travailler sur des offres familiales car la crise est là, il y a une vraie demande sur ce sujet" a souligné Patrick Gentemann.