Stephane Richard dénonce “le matraquage fiscal” envers les opérateurs

Le PDG de France Télécom-Orange Stéphane Richard a dénoncé mardi le "matraquage et le délire fiscal" dont font l’objet, selon lui, les opérateurs télécom et fournisseurs d’accès internet français qui "ne sont pas des vaches à lait que l’on peut traire indéfiniment".

 
"On demande toujours plus aux fournisseurs d’accès, il y a un matraquage continuel de la fiscalité", a-t-il déclaré lors d’un colloque sur le numérique organisé à Paris par le cabinet de conseil NPA et Le Figaro.
"Il y a des limites à l’exercice, on ne peut pas continuer indéfiniment ce délire fiscal", a estimé M. Richard, dénonçant notamment la modification apportée fin octobre par les députés à la taxe Cosip qui alimente le Centre national du cinéma.

 
Le 21 octobre dernier, les députés ont voté un amendement qui vise aussi à éviter "le contournement de la taxe" opéré notamment par Free. Il prévoit que la dite taxe sera assise sur les abonnements aux services de télévision distribués séparément mais aussi, nouveauté, sur les abonnements à des services de communication électronique fixe et mobile à haut et très haut débit permettant de recevoir des services de télévision et proposés au grand public.

"Cela représenterait pour nous une augmentation (de notre contribution) de 50 millions d’euros d’une année sur l’autre, soit une explosion", a dénoncé Stéphane Richard.
"On considère les fournisseurs d’accès comme des vaches à lait qu’on peut traire indéfiniment, tout en les contraignant à investir" dans les infrastructures et les réseaux, a-t-il déploré.
"France Télécom représente 500.000 emplois en France, directs et indirects", a souligné M. Richard.

 
Source : AFP