TNT / DVB-T2 : Le Simavelec milite pour une transition naturelle

TNT / DVB-T2 : Le Simavelec milite pour une transition naturelle

Le Gouvernement a confirmé que la modernisation technologique de la TNT passera par la généralisation de la haute définition et l’utilisation du DVB-T2, il importe dès aujourd’hui de préparer le marché à l’utiliser de manière optimale estime le Simalec (syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques) dans son dernier communiqué.
 
« Le DVB-T2 est une « bonne » technologie, car respectueuse de l’efficacité du spectre de fréquences – denrée particulièrement rare et utile. La norme de compression de l’image, le HEVC, est porteuse des mêmes promesses » se félicite le syndicat.
 
Il faut profiter du délai offert par le Gouvernement pour trouver un chemin permettant de satisfaire à la fois les téléspectateurs, les éditeurs et les industriels, ce que le Gouvernement appelle « la transition naturelle ».
 
« Du point de vu des technologies, il pourrait se révéler pertinent de rendre concomitantes les trois évolutions nécessaires : arrêt du MPEG 2, intégration du DVB-T2, introduction du HEVC. Cette approche, qui pourrait être portée par la loi, aurait un grand nombre d’avantages, au premier rang desquels un basculement technologique non contraignant pour les consommateurs, puisque s’inscrivant dans le cycle du renouvellement des produits tout en permettant de continuer à recevoir les contenus de la TNT 
Cette évolution nécessitant auparavant d’avoir défini au mieux les caractéristiques du DVB-T2 et celles de l’HEVC (encore à stabiliser), il semble que le calendrier le plus pertinent conduirait à une introduction de ces « nouvelles » technologies en 2015 (ce qui laisserait ouverte la possibilité d’un second dividende numérique en 2020) » analyse le Simavelec.
 
En complément à ces réflexions technologiques, le syndicat recommende de s’interroger sur les nouveaux contenus que cette amélioration spectrale permettrait de porter ; sans aucunement interférer avec les compétences du CSA : « on ne pourra faire l’économie d’une réflexion sur les contenus de rupture que sont la 3D et la mobilité (hertzienne gratuite) ».
 
Les industriels membres du SIMAVELEC appellent donc à une concertation rapide entre tous les partenaires afin de faire en sorte que les années à venir soient des années utiles de préparation.