VOD : Hadopi veut réduire la chronologie des films pour renforcer l’attractivité de l’offre légale.

VOD : Hadopi veut réduire la chronologie des films pour renforcer l’attractivité de l’offre légale.


Dans le cadre de sa mission d’observation des usages numériques et de valorisation de l’offre légale, la Hadopi a analysé l’offre et la consommation de cinéma en ligne ainsi que son apport à l’exposition et à la consommation globale de cinéma en France.

 
Selon la Hadopi, les films constituent l’essentiel du marché de la VOD (65%) avec une consommation multipliée par cinq en quatre ans. Le nombre de transactions générées par les films de cinéma a dépassé les 18,7 millions en 2010 (9,85 millions pour le premier semestre 2011) contre 4,955 millions en 2007, selon la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi).

 
Si la tendance est à la hausse, l’Autorité estime que l’offre reste toujours entravée par le coût et le décalage d’offres avec les salles. D’autant que les consommateurs relèvent que le prix est relativement onéreux – 4,25 euros en moyenne le film – de l’offre VOD, "souvent peu attractif par rapport à l’offre physique (DVD, Blu-Ray)", notamment pour les offres groupées en coffret par exemple.

 
Ce coût est identifié par Hadopi comme un frein au développement de la VOD, avec le délai de disponibilité des œuvres, même s’il faut moins attendre qu’auparavant (avancé à 4 mois après la date de sortie en salles). A cet égard, la Haute autorité suggère "une évolution de la chronologie des médias (pour) renforcer l’attractivité de l’offre légale".

 
Hadopi publie ces observations à la veille des "Rencontres cinématographiques de Dijon" organisées par l’ARP, l’association des auteurs réalisateurs producteurs journées professionnelles de l’ARP, qui se tiennent de jeudi à samedi.

 

Source : AFP