L’Europe veut faire baisser le tarif d’accès à la boucle locale pour que les opérateurs historiques investissent dans la fibre

L’Europe veut faire baisser le tarif d’accès à la boucle locale pour que les opérateurs historiques investissent dans la fibre
 
Lors d’un sommet réunissant les opérateurs Télécom européens à Bruxelles, la Commissaire au Numérique, Neelie Kroes, a estimé que l’Europe était en retard quant au déploiement du très haut débit. Elle a visé principalement les opérateurs historiques qui n’investiraient pas assez dans ces nouveaux réseaux.
 
Pour les inciter, Neelie Kroes propose de faire baissé le coût de l’accès à la boucle locale cuivre, la partie du réseau qui va du NRA jusqu’à l’abonné. En France, cette boucle locale est la propriété de France Télécom qui la loue 9 euros par mois et par abonné aux opérateurs alternatifs. Un tarif déjà dénoncé par Free et SFR
 
La commissaire européen estime que si les opérateurs historiques n’investissent pas suffisamment dans la fibre, c’est par ce qu’ils profitent de la rente issue du réseau cuivre. Si la moyenne des tarifs de gros de cette boucle locale est de 8,69 euros, il existe de gros écarts entre les pays, de 5,21 euros en Lituanie à 12,41 euros en Irlande. Or « la Commission n’est pas convaincue que ces différences importante entre les pays puissent s’expliquer uniquement par des variations de couts sous jacents ». Elle a lancé à cet effet deux consultations publiques sur les conditions d’accès à la boucle locale.
 
Toutefois, il n’est pas certains que le tarif baisse en France puisque Neelie Kroes envisage de mettre en place des dérogations pour les opérateurs historiques qui investiraient de façon importante dans les réseaux très haut débit. France Télécom estime s’être déjà lancé de manière significative dans la construction de son réseau fibre, avec 2 milliards d’investissement d’ici 2015.
 
Source : La Tribune