Free Mobile : un découplage entre l’abonnement et le terminal et un abonnement moins cher

Free Mobile : un découplage entre l’abonnement et le terminal et un abonnement moins cher

 

Maxime Lombardini était l’invité, hier, de BFM Business dans le grand journal. Le directeur général d’Iliad a répondu aux questions de Fabrice Lundy sans faire pour autant de grandes révélations.

 
Cela dit, Maxime Lombardini a affirmé que les prix seraient bien divisés par deux en fonction des tarifs de 2008 : « On est confiant sur le marché. Les marges sont telles qu’il y a un très gros espace. Free va proposer des abonnements moins chers avec plus de liberté, un découplage entre l’abonnement, la carte et le terminal ».

 
Maxime Lombardini a en revanche refusé de communiquer sur les prix et les éventuels subventionnements de terminaux. Compte tenu du marché très concurrentiel qui va dans le bon sens (offres low cost), on s’attend que free casse les prix : « On fait les meilleures part de marché sur la Freebox, on va vite prendre notre position sur le mobile pour atteindre 25% du marché » a commenté Maxime Lombardini.

 
Les offres seront disponibles en ligne et par d’autres biais. Celles-ci pourraient être commercialisées en boutique : une information non confirmée par le directeur général d’Iliad.

 
Sur les fréquences de quatrième génération, Free a payé 271 millions d’euros, une somme plus élevée que prévu. Avec l’opérateur historique, Free est en pôle position et pourra avoir des débits plus importants par rapport à SFR et Bouygues : « Les premières fréquences sont très importantes pour nous ce qui est moins le cas pour les fréquences en or et les conditions de l’appel d’offre sont très défavorables : si on y va, cela sera avec beaucoup de prudence et la décision n’est pas prise » a-t-il expliqué. Univers Freebox vous rapportait à ce propos hier, qu’il sera difficile pour Free d’obtenir des fréquences en or, le ticket d’entrée étant très élevé.

 
« On est l’un des opérateurs le moins endetté en Europe et le projet mobile a un charme parce qu’il est risqué mais c’est un financement qui nous pose pas de problèmes » s’est justifié Maxime Lombardini.