Stephane Richard s’agace du microcosme qui tourne autour de l’arrivée de Free Mobile.

Stephane Richard s’agace du microcosme qui tourne autour de l’arrivée de Free Mobile.

 

Stephan Richard PDG du groupe France Télécom était l’invité de BFM, il a répondu aux différentes questions d’Hedwige Chevrillon.

 
Le patron de l’opérateur historique est notamment revenu sur les demandes téléphoniques administratives ou judiciaires et s’est dit très agacé du microcosme qui tourne autour de l’arrivée de Free Mobile.

 

En effet, le patron de France Télécom – Orange s’agace que la pression se fasse sur les opérateurs existant et pas sur le nouvel entrant. Clairement, les petites annonces de Xavier Niel sur l’offre Free Mobile oblige ses concurrents à réagir alors que l’offre n’est encore pas commercialisée.

 
« Un peu agaçant, c’est que, alors qu’on ne sait absolument pas ce qui va se passer, on ne sait pas quelles vont être ces offres de Free, il suffit que cette perspective existe pour qu’il y ait tout un microcosme, en France, qui mette la pression sur les opérateurs existants, en tenant pour acquis le fait que le nouveau va faire des étincelles et va entrer dans du beurre dans tout ça » a expliqué Stephane Richard. (10 minutes)

 

 
Sur la division de la facture mobile par deux des français le patron de France Télécom a jugé cette idée « complètement folle » du fait d’un grand nombre d’offres segmentées dans le mobile.
« Dans le mobile il y a un mouvement de baisse des prix qui a commencé, puisqu’en 2011 il y a déjà eu une bonne partie du chemin qui a été fait, d’ailleurs ça pose la question de savoir qu’est-ce qui reste véritablement à attendre de l’arrivée de Free, attention aussi au côté un peu déceptif que ça peut présenter, mais on verra. Mais en tout cas il y a déjà beaucoup qui a été fait. N’oublions pas non plus que le marché ce n’est pas qu’une question de prix, et puis vous savez très bien que le prix, c’est facile d’envoyer un prix de 4€ ou de 5€, j’ai vu qu’il y avait même numéricable qui lançait un truc à 4 euros. »

 

Source : BFM