Free : “Les trois mammouths ont attendu vingt ans pour s’apercevoir que leurs clients avaient des demandes”

Free : “Les trois mammouths ont attendu vingt ans pour s’apercevoir que leurs clients avaient des demandes”

 

Ca bouge dans le petit monde des opérateurs mobile, et pour le plus grand bonheur du porte monnaie des consommateurs. Avant même l’arrivée de Free Mobile, les operateurs actuels fourbissent leurs armes : B and You et (probablement) une nouvelle offre Idéo pour Bouygues Télécom, le Formules Carrées pour SFR ou encore la future offre "Sosh" pour Orange.
 
Bien, évidemment, ces nouveaux forfaits n’auraient pas été lancés si le trublion de l’Internet ne s’annonçait pas comme le futur trublion de la téléphonie mobile. Interrogé par le Journal du Dimanche, un cadre de Free explique que « Les trois mammouths – Orange, SFR et Bouygues Telecom – ont pris l’habitude du luxe. Leurs salariés sont bien payés. Leur logistique est lourde, avec plus de 5.000 offres différentes pour Orange. Ils ont attendu vingt ans pour s’apercevoir que leurs clients avaient des demandes. Nous essayerons au contraire d’être simples… »
 
Mais si la concurrence s’annonce plus rude pour Free Mobile qu’il y a un an, outre des forfaits qui présentés comme moins chers qu’ailleurs, l’opérateur pourra s’appuyer également sur sa communauté d’abonnés à la Freebox. "Xavier Niel a su créer une communauté de fans. Les ’freenautes’ sont très attachés à la marque et au personnage. Ils raffolent de son rôle de chevalier blanc des télécoms pourfendeur des excès. C’est un peu le Steve Jobs français", analyse Stéphane Dubreuil, du cabinet Sia Conseil, dans l’article du JDD. Des propos confirmés par les Freenautes dans les articles d’Univers Freebox consacrés à Free Mobile et qui attendent avec impatience les offres du nouvel opérateur mobile. Reste que celles-ci devront être à la hauteur des espérances pour ne pas susciter de la déception.
 
Quoi qu’il en soit, les tarifs commencent à baisser un peu, ce dont se réjouit l’UFC Que choisir. "Xavier Niel va réveiller le secteur du mobile qui n’a pas connu de vraies batailles depuis plusieurs années. C’est un élément perturbateur bienvenu." se félicite Édouard Barreiro le directeur adjoint des études de l’association de consommateurs.