François Fillon ne veut pas financer le VDSL 2 au détriment de la fibre

François Fillon ne veut pas financer le VDSL 2 au détriment de la fibre

Mardi, le premier ministre, François Fillon a demandé aux préfets par circulaire de ne pas soutenir le financement des projets VDSL2 s’il ne s’agit pas d’une étape vers la fibre optique.

 
Dans sa circulaire envoyée aux préfets, le gouvernement a souhaité préciser les modalités de mise en œuvre du programme de déploiement du très haut débit en France et de la politique d’aménagement numérique du territoire.

 
Pour parvenir au raccordement de l’ensemble des foyers au très haut débit d’ici 2025, l’Etat a mis en place une politique de financement « public privée ». En clair, l’Etat va co-financer le déploiement des réseaux avec les opérateurs privés. Un choix budgétaire qui permet à l’Etat d’imposer plus ou moins le choix des technologies employées.

 
"Je vous demande de formuler un avis circonstancié sur les demandes de financement des projets de réseaux d’initiative publique présentés par les collectivités", demande le premier ministre François Fillon aux préfets. "Vous apporterez, dans ces avis, une attention particulière à ce que les projets de « montée en débit » correspondent soit à une véritable étape intermédiaire vers le déploiement de réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH), soit à des zones où le FttH n’arrivera pas à l’horizon de dix ans" note le premier ministre dans sa circulaire.

 
Ainsi, il est peu probable que le co-financement fonctionne pour la mise en place de la technologie VDSL 2 en zone rurale à moins que la fibre optique est exclue à moyen terme.

 

D’autre part, l’Arcep devrait bientôt valider le VDSL2, une solution alternative au déploiement de la fibre optique puisque cela permet de doper une connexion ADSL.

La montée en débit par le cuivre n’est donc pas privilégiée si l’on en croit la présente circulaire. A noter que la Freebox Révolution présente un nouveau chipset ADSL (BCM6368), un mécanisme compatible avec la norme VDSL 2, qui permet d’atteindre des débits de 100 Mbits/s en voie descendante et 50 Mbits/s en voie montante.

 

Source : Numérama