Bruxelles : Les géants du Web souhaitent un internet à deux vitesses

Les patrons de Vivendi, Alcatel et Deutsche Telekom ont plaidé, devant la commissaire européenne Neelie Kroes, pour une réglementation assouplie permettant le développement du haut débit. En clair, Jean-Bernard Lévy, le président du directoire de Vivendi (SFR), Ben Verwaayen, le directeur général d’Alcatel-Lucent et René Obermann celui de Deutsche Telekom, ont présenté mercredi devant la commissaire onze propositions chagrinant quelque peu la neutralité du net.

 
L’idée est de laisser les opérateurs donner la priorité à certains services ou contenus si les consommateurs sont prêts à payer pour bénéficier d’un accès plus rapide. C’est officialiser l’existence d’un Internet à plusieurs vitesses, avec un service de base sans débit garanti.
Au final, pour atteindre les objectifs de « l’agenda numérique 2020 » de l’UE, pour couvrir 100 % des foyers ayant accès à 30 Mégabits au moins, la moitié étant abonnés à du 100 Mb, les trois patrons des télécoms pressent Bruxelles.

 
Parmi les onze propositions les géants du web souhaitent encourager la différenciation en matière de gestion du trafic, la mise en place de « modèles économiques bifaces basés sur des accords commerciaux qui respectent les principes d’ouverture et de non-discrimination anticoncurrentielle » et ont accepté la mise en place la promotion du co-investissement…

 
Une vision non partagée par la commissaire européenne : « cette catharsis parfois douloureuse n’a pas débouché sur un consensus sur les principes présentés par les coordinateurs », a-t-elle déclaré à l’issue de la rencontre. La Commission, qui propose d’allouer 9,2 milliards d’euros pour soutenir les investissements dans le très haut débit entre 2014 et 2020, « prendra en compte les points de vue exprimés » a-t-elle assuré.

 

Source : La Tribune