France Télévisions et Canal+ misent sur les créations originales et contenus exclusifs pour faire face à la télévision connectée

France Télévisions et Canal+ misent sur les créations originales et contenus exclusifs pour faire face à la télévision connectée


France Télévisions et Canal+ ont décidé de miser sur des "marques fortes", avec des créations originales et des contenus exclusifs, pour se distinguer de "l’hyper choix" lié à l’avènement de la TV connectée, ont assuré jeudi les patrons de ces groupes audiovisuels.

 
"Notre stratégie, c’est de recréer des marques fortes, avec des valeurs et des références, (…) dans un univers de choix infini", a expliqué Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions, au cours d’un colloque organisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à Paris.
"Nous voulons jouer le rôle de porte-drapeau de la culture française, avec des créations fortes et une offre originale", a-t-il continué, insistant : "La TV connectée, c’est l’enrichissement de l’offre. Il faut percevoir l’hyper choix comme une incroyable opportunité de faire la différence. Mais si l’offre ne se distingue pas, les offres américaines et étrangères prendront le pas".

 
Appelée à fortement se développer au cours des années à venir, la TV connectée devrait permettre aux téléspectateurs d’accéder non seulement aux chaînes hertziennes mais également de bénéficier de centaines de milliers de programmes en ligne (direct, télé de rattrapage, vidéo à la demande (VOD)…) provenant de plateformes appartenant aux chaînes mais également à des acteurs du web, français ou non.

 
Avec cette profusion de choix, l’audience risque de se fragmenter considérablement, affaiblissant ainsi les chaînes hertziennes traditionnelles.
"La réalité de la TV connectée, c’est l’arrivée de nouveaux acteurs, comme Netflix, Youtube, Google ou Apple qui vont accéder directement aux utilisateurs (sur la TV)", a expliqué de son côté Bertrand Méheut, président de Canal+.
"Face à cet hyper choix, on va renforcer la force des marques derrière lesquelles se retrouvent les téléspectateurs. Le consommateur ne sait pas faire son choix, il y a besoin d’éditorialisation", a-t-il continué, au diapason de son homologue de France Télévisions.
Pour Bertrand Méheut, il faut proposer des "programmes exclusifs" : "Nous allons renforcer notre investissement dans des contenus comme le sport, le cinéma et la fiction française et européenne, en montant des systèmes de financement très performants".

 
En outre, le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, et le ministre de l’Economie numérique, Eric Besson, ont désigné jeudi cinq experts pour une mission sur la TV connectée qui devront rendre leurs recommandations à la rentrée prochaine.
Les cinq personnalités désignées sont Marc Tessier, président de Vidéo Futur et ex-président de France Télévisions, Philippe Levrier, président de la commission de soutien à l’exploitation au Centre national du cinéma (CNC), Martin Rogard, directeur général France de Dailymotion, Takis Candilis, président de Lagardère Entertainment, et Jérémie Manigne, directeur général de l’innovation, service et contenus de SFR.

 
Cette mission, dont Frédéric Mitterrand avait annoncé la création au début du mois, doit permettre, selon le ministre de la Culture, "d’identifier les enjeux de régulation et de compétitivité" liés à la TV connectée et "d’en prévenir les effets sur les équilibres de la production et de la diffusion audiovisuelle".

 

Source : AFP