Les télévisions auraient elles du mal à se connecter ?

Les télévisions auraient elles du mal à se connecter ?


Menace ou réel avantage, les télévisions connectées ont bien du mal à se frayer un chemin sur le marché. Selon une analyse publiée par Zdnet, entre les problèmes techniques, de droit et le blocage des chaînes TV, l’essor de ce nouveau produit a bien du mal à s’imposer.

 
Pourtant, grâce à l’essor des réseaux haut débit et à la mise en place de standards technologiques qui pourrait replacer le téléviseur comme point d’entrée principal du foyer pour le Web, la télévision connectée devrait de plus en plus s’imposer.

Selon une étude de GroupM (WPP), 7,6 millions de foyers français pourraient être équipés de téléviseurs connectables à Internet en 2012 et 42,2% des téléviseurs seront connectés dans le monde d’ici 2014.

 
Au-delà de cette analyse optimiste, la télévision connectée se heurte à plusieurs freins. Lors d’une table ronde dédiée organisée il y a quelques jours par le Geste (Groupement des éditeurs de services en ligne), différents spécialistes ont montré qu’il restait encore du chemin à parcourir.

Certains d’entre eux estiment que l’ergonomie du volet navigation Web n’est pas encore au point. "Il y a encore beaucoup de problèmes de navigation, notamment à cause de la télécommande qui n’est pas l’objet idéal pour naviguer", explique Eric Scheer, directeur de la prospective à France Télévisions. "Tout cela est encore bien balbutiant".
Deuxième difficulté, franco-française, celle du droit d’auteur. "Les contenus tiers, éditoriaux ou publicitaires, en surimpression sur les programmes diffusés risquent de poser des problèmes de droit", prévient Corinne Thiérache, avocate spécialisée.
Enfin, en France, les acteurs du secteur ont décidé de s’organiser pour éviter tout débordement. TF1, France Télévisions, Arte, Canal+, le groupe M6, Direct 8, TMC, NT1, LCP, BFM, iTélé, Gulli et DirectStar ont donc signé une charte sur "les modalités d’affichage des contenus et services en ligne sur les téléviseurs et autres matériels vidéo connectés" afin de contrer Google ou encore Youtube.
 

Source : Zdnet