Que Choisir défend ses intérêts ou ceux des abonnés ?

Nous avons ici toujours relayé les actions entreprises par l’UFC-Que Choisir à l’égard de Free. Qu’une association de consommateurs emploi toutes les armes nécessaires, aussi bien médiatiques que juridiques pour défendre les abonnés délaissés par Free est tout ce qu’il y a de plus normal. Mais lorsque cette même association, va à l’encontre des intérêts de ces abonnés pour se faire mousser médiatiquement, sa démarche est beaucoup moins noble et porte un discrédit sur le reste de leurs actions.

L’histoire

Free met à disposition des personnes dont la ligne a été écrasée par un autre opérateur (ce qui signifie qu’un autre opérateur a dégroupé votre ligne pour son compte sans votre accord : le slamming), une lettre type qui donne mandat à Free pour s’occuper des démarches nécessaires auprès de France Télécom pour qu’il recâble votre ligne chez Free.

En sus de ce formulaire de remise en service, Free se propose également de prendre en charge, en votre nom, les démarches juridiques à l’encontre de l’opérateur qui aurait abusivement écrasé la ligne concernée.

Que Choisir dénonce aujourd’hui, sur son site web, cette procédure et appelle les abonnés victimes de slamming à ne pas accepter de donner mandat à Free pour qu’il défende vos intérêts. En effet Que Choisir accuse Free, sous couvert de défendre les intérêts de ses abonnés, de vouloir se dédouaner de ses responsabilités.

Or dans le cas d’un écrasement de ligne, la justice considère qu’il y a exception de responsabilité pour Free dans la mesure où l’interruption de service provient du fait imprévisible et insurmontable d’un tiers au contrat (dans le même article L.121-20-3 que brandi Que Choisir).

Free ne peut donc être tenu pour responsable en cas de salmming par un autre opérateur, il n’a donc aucunement besoin de se dédouaner de ses responsabilités. Les accusions de Que Choisir n’ont donc aucun sens, pire, elles vont dans le sens des opérateurs slammeurs puisque tant que ceux-ci ne seront pas condamnés, ils continueront, sans se soucier des dégât causés, à écraser abusivement les lignes des abonnés à ses concurrents.

Les victimes peuvent obtenir dédommagement

Free donne l’exemple d’une abonnée qui a été dédommagée par un tribunal par ce que sa ligne avait été slammée par Wanadoo et avait obtenue 2500€ de ce dernier pour le préjudice subi. Or Que choisir prétend que cette abonnée est une professionnelle et que la responsabilité de plein droit ne s’applique pas aux relations entre professionnels. Que choisir est donc visiblement de mauvaise foi puisque cette abonnée est bien un particulier comme on peut en juger ici http://www.aduf.org/docs/memorandum.doc
Toutefois il ne faut pas rêver, il faudra justifier d’un préjudice pour espérer être dédommagé.

Contactez par nos soins, Que Choisir a refusé de s’exprimer à ce sujet. Il applique donc le même mutisme qu’il reproche à Free.

Free de son coté nous a dit ne pas comprendre la démarche de Que Choisir et nous a assuré qu’il faisait cela dans l’intérêt des abonnés.

En tout état de cause, on n’a pas le droit de dire de telles inexactitudes quand on à la réputation d’une association comme Que Choisir puisque ses conseils sont souvent pris, et à juste titre, comme paroles d’évangiles par les consommateurs. Nous espérons en tous cas que Que Choisir acceptera d’apporter un droit de réponse pour donner son point de vue sur cette affaire

L’article de Que Choisir