Très haut débit : les départements exigent une politique « volontariste »

Les départements réclament, via l’Assemblée des départements de France (ADF), une politique "volontariste et ambitieuse" en matière d’aménagement de l’internet à très haut débit, et contestent la politique du gouvernement qui "ne pourra que déboucher sur de nouvelles fractures numériques".

 
Dans une motion adoptée jeudi, le bureau de l’ADF estime qu’"en subordonnant l’initiative et l’investissement publics aux perspectives de rentabilité espérée par les opérateurs privés, le plan gouvernemental ne pourra que déboucher sur de nouvelles fractures numériques tant en zones rurales qu’urbaines", indique l’association dans son communiqué du jour.
Les risques de divergence entre l’intérêt des opérateurs privés et l’intérêt général sont réels, poursuit l’ADF. Elle considère aussi que les deux milliards d’euros du grand emprunt dédiés à l’aménagement numérique du territoire "ne garantissent aucunement l’amorçage d’une dynamique d’investissement public-privé, durable et cohérente".
Pour l’ADF, le déploiement universel et rapide des réseaux numériques haut et très haut débit fixe et mobile est un puissant levier de développement de l’attractivité et de la compétitivité des territoires.

 
Dans sa motion, elle demande notamment la création d’une mission parlementaire pour évaluer le rôle et le statut de France Telecom-Orange.
Elle demande aussi que le niveau d’investissement public soit porté à 1 milliard d’euros par an pendant au minimum 15 ans, que la gouvernance du financement public des investissements soit pour partie territorialisée et que les collectivités territoriales soient considérées dans leur rôle d’opérateurs à égalité avec les opérateurs privés et enfin que l’objectif d’ériger en 2020 l’ensemble du territoire français en leader mondial de l’accès mobile à l’internet soit considéré comme une priorité nationale.
L’ADP propose également que la France prenne l’initiative d’engager un dialogue avec les instances européennes pour "promouvoir au plus vite des dispositifs de service universel du haut puis du très haut débit fixe et mobile".

 

Source : AFP