L’Arcep souhaite que les opérateurs distinguent mieux les tarifs liés à l’abonnement de ceux du coût du téléphone

L’Arcep souhaite que les opérateurs distinguent mieux les tarifs liés à l’abonnement de ceux du coût du téléphone

 

La semaine dernière, nous vous parlions de l’intention stratégique d’Apple à contourner les opérateurs mobiles, mais aussi des éventuels freins liés à l’implantation d’une carte SIM scellée dans les prochains iPhones, notamment celui de l’annulation des subventions des opérateurs mobiles qui ont permis à Apple de commercialiser à grande échelle ses produits.

 
Hasard du calendrier ou non, le gendarme des télécoms souhaite aujourd’hui que les opérateurs clarifient leurs offres, en distinguant mieux les tarifs liés à l’abonnement de ceux du coût du téléphone et de son amortissement.

 
Actuellement, on peu acheter un iPhone nu chez Apple au prix de 629€ alors que l’on trouve le même appareil au prix de 219€ chez les opérateurs français après subventionnement de ceux-ci.

 
Les offres des opérateurs sont toujours attrayantes, les remises sont de plus en plus importantes pour s’équiper d’un Smartphone dernier cri à condition de souscrire à un nouvel abonnement, un forfait mensuel avec engagement de 12 à 24 mois.

 
Pour l’Arcep, le consommateur ne fait pas forcement une bonne affaire, le gendarme des télécoms a « le pressentiment que l’économie entre le prix nu et le prix avec subvention est factice, trompeuse pour le consommateur, et sert seulement à l’inciter à s’engager ».

 
Selon la Tribune, le régulateur souhaite mettre « un terme à ce monde opaque ». Si le prix du téléphone nu s’avère être un des rare indicateur pour le consommateur, il n’en est rien. Edouard Barreiro, de l’UFC Que Choisir estime que « le prix du nu ne veut rien dire, le prix payé par les opérateurs dépend des accords signés avec les constructeurs, s’ils ont l’exclusivité ou pas ».

 
Avant la fin du mois, le président de l’Arcep, Jean Ludocic Silicani, doit dévoiler son « plan d’action visant à améliorer les relations entre les opérateurs et les consommateurs. Ce plan devrait introduire des dispositions sur la transparence et la lisibilité des offres mobiles qui pourrait aller jusqu’à recommander une mesure législative en complément de la loi Chatel.

 
Source : La Tribune