Les abonnés ADSL seront-ils mis à contribution pour financer le très haut débit ?

Hervé Maurey remettra son rapport sur le très haut débit au Premier ministre le 26 octobre prochain.

 
Chargé officiellement par le Premier ministre d’une mission parlementaire sur le financement du très haut débit, le sénateur a procédé à une soixantaine d’auditions.

 

"Intitulé Réussir le déploiement du Très Haut Débit : une nécessité pour la France, ce rapport, d’une centaine de pages, comporte une vingtaine de recommandations et aborde notamment les enjeux du déploiement du très haut débit, les technologies à privilégier, le coût du déploiement de ce réseau, les besoins de financements publics et les recettes susceptibles d’alimenter de manière pérenne le Fonds d’aménagement numérique des territoires (FANT)" a précisé le sénat dans un communiqué.

 
Dernièrement, le sénateur envisageait la mise en place d’une contribution pour financer le très haut débit qui ressemblerait à celle que l’on paye lorsque l’on achète un appareil électrique pour financer son recyclage. Le financement du fonds d’aménagement numérique du territoire pourrait donc être à la charge de l’abonné.

 
Par ailleurs, Hervé Maurey présentera au Premier ministre un certain nombre de recommandations pour "prévenir la création d’une nouvelle fracture numérique du très haut débit et garantir dans les plus brefs délais un véritable haut débit pour tous".

Lors de la clôture des assises des territoires ruraux le 9 février dernier, le président de la République a fixé pour objectifs en termes d’accès au très haut débit à 70 % de la population raccordée en 2020 et 100 % en 2025.

 

Source : Satellifax