Bolloré Télécom : 26 millions d’euros de perte à cause du Wimax

Bolloré Télécom : 26 millions d’euros  de perte à cause du Wimax

 

Selon l’Express, le choix de la technologie Wimax par le "Petit Poucet des télécoms", Bolloré Telecom aurait causé 26 millions d’euros de perte.

 

Annoncée comme une technologie prometteuse, le Wimax ne semble pas séduire. Pourtant, cette technologie affiche des débits sur l’Internet sans fil beaucoup plus rapides que le wifi.

Le WiMax est un standard de transmission de données, sans fil, donné pour fonctionné à 70 Mb/s sur une portée de 50 km. Plus concrètement, le WiMax ressemble de prés au Wi-Fi, mais avec des performances nettement supérieures (jusqu’à 70 Mb/s).

 

En cinq ans, Bolloré Telecom a dépensé plus de 120 millions d’euros dans l’achat de radios fréquences, il a acquis 12 licences régionales moyennant 78 millions d’euros, puis 8 autres auprès de TDF et a mis la main sur deux licences en Alsace et en Bourgogne.

 

Les investissements sont conséquents et pourtant, la société n’a déployé que 200 antennes à ce jour pour un total d’environ 3000 abonnés. En cause, la volonté des opérateurs à torpiller cette technologie et à Intel qui n’a toujours pas commercialisé les ordinateurs promis. De plus, les grands équipementiers boudent aussi cette technologie notamment Alcatel Lucent qui s’est détourné du Wimax.

 

Faible consolation, le système semble faire ses preuves dans les pays émergent notamment au Gabon et les concurrents ont les mêmes difficultés.

Free vient de déprécier de 40 millions d’euros sa licence Wimax.

 

Pour le président de Bolloré Télécom le Wimax aura son heure de gloire : "les usages d’Internet explosent sur les téléphones mobiles tels que l’Iphone. Les besoins sont énormes. Cela ne va pas s’arrêter. Et plus le temps passe, plus nos fréquences seront utiles".

 

Bolloré Télécom a cependant déployé le Wimax dans certaines résidences universitaires et de vacances (60 000 abonnés). En revanche, le développement du Wifi dans le TGVEst se fait attendre et le rapprochement d’Orange et de SFR dans le domaine ne s’est toujours pas concrétisé.

 

Changement de cap, l’opérateur va choisir, d’ici la fin de l’année, la ville dans laquelle il installera son premier réseau à internet sans fil haut débit. Le choix porte sur les villes de Bordeaux, Montpellier, Toulouse et Marseille.

 

Fini le Wimax, Bolloré Télécom installera un autre système, le LTE (Long Term Evolution), dont les débits seront supérieurs à ceux de l’actuelle 3G.

 

Sur ce dernier système, la concurrence risque d’être rude vu qu’Orange et SFR ont décidé de se lancer dans le LTE…