Pourquoi la fibre optique peine t-elle à décoller ?

Pourquoi la fibre optique peine t-elle à décoller ?

 

Selon Les Echos, les foyers français tardent à s’abonner au très haut débit. En effet, d’après le quotidien, pour 10 logements raccordés, on compte un foyer effectivement abonné.

 

En France, 80 000 logements bénéficient d’un abonnement fibre. Un grand écart qui surprend et déçoit le président de l’Arcep, Jean-Ludovic Silicani, en visite dans l’’agglomération de Pau.

 

Pourtant pionnière dans le domaine du très haut débit, la ville de Pau peine à transformer les foyers raccordés en abonnés. Dans l’agglomération, cela fait sept années que le réseau en fibre fonctionne.

 

Pour développer ce réseau, la ville de Pau a bâti une délégation de service public qui a récolté 7, 7 millions d’euros de fonds Feder européens et 1, 1 million d’euros de la région Aquitaine. La mise en place de l’infrastructure a été réalisée par l’entreprise Axione (groupe Bouygues).

 

La commune a laissé à la charge des opérateurs privés la gestion commerciale de l’infrastructure. Depuis 2007, SFR commercialise une offre Haut Débit ADSL à 34, 90€ par mois pour un débit avoisinant les 70 mégabits.

 

Avec un tel débit, les capacités de développement sont presque infinies. Le prix étant relativement bon marché, il ne semble pas être un frein.

 

Les raisons du faible engouement :

 

 

Dans la ville, on compte 10 000 abonnés pour 52 000 prises. Un constat d’échec pour la communauté de communes qui a investi 6 millions d’euros dans le déploiement de la technologie.

 

Au delà de ce constat, un conseiller municipal de Pau pointe du doigt SFR qui aurait peu investi dans le réseau : "SFR ne joue pas la migration. Il n’y a même pas de guichet unique : quand vous voulez être raccordé, ils vous renvoient vers leurs partenaires".

 

Ainsi, la collectivité et le délégataire ont décidé de réinvestir en vue de transformer l’architecture de leur réseau et envisageraient l’arrivée d’un concurrent comme France Télécom. L’idée est de louer la fibre optique déjà installée sur un contrat de 30 ans. Une durée qu’exigerait l’opérateur historique afin de maîtriser l’infrastructure. Un partenariat qui pourrait s’opérer dès 2011 en fonction du résultat des négociations entre les intéressés.

 

Dans ce cas, la responsabilité du faible engouement des habitants de Pau tiendrait de la responsabilité de l’opérateur de télécommunications.

 

A l’inverse, the Inquirer, estime que le cadre réglementaire français qui veut "tout réguler pour mieux diviser" ne favorise pas le développement du très haut débit en France. Les syndics, composés le plus souvent de séniors, ne sont pas forcement au courant des bienfaits d’un très haut débit. Le site avance aussi que le marketing ne suit pas.

 

A la vue des chiffres de l’Arcep, la fibre optique est en statu quo. On dénombre 860 000 logements éligibles pour seulement 75 000 clients FTTH. Un constat s’en doute amplifié par le manque de communication des opérateurs.

 

Aucune publicité ne vante encore la fibre d’Orange, de Free ou de SFR alors que leurs offres FTTH sont disponibles depuis plusieurs années. Les galères et les mésaventures des premiers abonnés FTTH ont par ailleurs pu freiner les ardeurs de certains internautes comme cela a pu être le cas à Pau (SFR) ou à Valenciennes (Free) semble-t-il.[Les Numériques]

 

Source Les Echos