Free : “Il n’y a pas de problème pour recevoir des flux 3D sur ADSL”…

Free : “Il n’y a pas de problème pour recevoir des flux 3D sur ADSL”…

En ce qui concerne la diffusion des images à effet stéréoscopique sur le réseau ADSL, Free se montre optimiste, Numericable et le cabinet de conseil Tactis émettent des réserves.

 

Hier, dans nos colonnes, nous vous annoncions que la diffusion de Roland Garros en 3D serait limitée aux détenteurs de la fibre Orange. Une hypothèse confirmée par 01.net.

 

Une affirmation qui n’est pas partagée par Free : "il n’y a pas de problème pour recevoir des flux 3D sur l’ADSL : la 3D ne change rien par rapport à la 2D en terme de débit. Si l’abonné est capable d’avoir le multiposte chez lui alors il aura la 3D avec la même qualité d’image".

 

Cette information étaye la nécessité d’un débit minimum de 8 Mbit/s puisque l’option multiposte implique au moins deux canaux en simultané pour recevoir la TV sur plusieurs téléviseurs/ordinateurs.

 

Pour Stephane Lelux, le président du cabinet Tactis, il en est tout autre : "La 3D en haute définition réclame de 15 à 20 Mbit/s minimum pour chaque canal afin d’assurer une qualité de service satisfaisante".

 

 

Le cabinet a réalisé une étude sur l’adéquation des types de réseaux à la diffusion du service SD, HD et 3D. Premier constat, 70% des abonnés ADSL sont éligibles au standard SD en Mpeg2 ou 4. Le seuil passe à 45% pour la HD et moins de 20% pour la Full HD.

 

Pour la 3D, l’ADSL est dans "le rouge" : seul 10% des abonnés ADSL sont éligibles pour la 3D SD. En ce qui concerne le flux 3D HD, il est nécessaire de disposer d’au moins 20 Mbit /s. Il est donc très difficile de bénéficier du flux 3D avec une connexion ADSL. 

 

Les freins de la 3D :

 

Pour le directeur du développement de Numericable, la 3D ne va pas de pair avec une image en haute qualité : "un vrai inconfort visuel à regarder des images 3D avec une qualité insuffisante" et Jean-Pierre Lacotte, le président du HD Forum est du même avis.

 

Sur le sujet, les deux acteurs attendent de voir les résultats de la "3D-HD Alliance" qui développe la 3D en qualité HD.

 

Le 6 mai dernier, Numéricable annonçait son alliance avec Panasonic, Cisco, Nagravision et Sagemcom pour promouvoir la 3D en qualité haute définition et garantir aux spectateurs une expérience 3D optimale. Ce projet prévoit l’utilisation de productions en 3D native, un format haute définition, un encodage assuré à des débits élevés (15Mbps), une interface adaptée…

 

Reste que le manque de contenus est un principal frein au développement de la technologie dans les foyers. Pour bénéficier de l’effet de relief sur tous les contenus (films, JT, programmes sportifs…), il faut capter l’image de manière spécifique.

 

Les films d’animations comme Avatar ont été diffusés dans les salles de cinéma équipées et ont rencontré un franc succès.Orange diffuse le flux 3D de France Télévision en 3D, TF1 test l’enregistrement de son JT en 3D…

 

 Pour l’instant, la 3D semble un projet viable pour les propriétaires d’une connexion fibre. Les impatients peuvent tout de même se tourner vers le satellite pour obtenir une image de qualité.

 

La consommation croissante de programmes audiovisuels va t-elle booster les investissements des opérateurs ?

Si le secteur des télécoms s’impatiente du retard du très haut débit, les industriels espèrent que la télévision HD et 3D mais aussi l’échange de vidéos sur le Web pousseront le consommateur à opter pour le très haut débit.

 

Youtube a indiqué, la semaine dernière, que deux milliards de vidéos étaient quotidiennement visionnées sur son site. En 2009, 75% de la bande passante était utilisée pour la vidéo pour une estimation de 90% cette année.

 

Les faits parlent d’eux même : il est urgent de déployer les infrastructures nécessaires aux nouvelles attentes des internautes qui sont pour la plupart des abonnés triple play.

 

Les besoins audiovisuels sont "gargantuesques" : cela va forcer les opérateurs à lancer une modernisation massive des infrastructures c’est à dire la mise en place de la fibre optique afin de satisfaire les attentes autour des programmes audiovisuels. 

 

En 2010, 8,5 millions de téléviseurs seront vendus en France. C’est un chiffre bien plus élevé que le nombre d’ordinateurs commercialisé. [Boursorama]