Le mariage entre Orange et Sunrise interdit

Le mariage entre Orange et Sunrise interdit


Le régulateur suisse de la concurrence a interdit la fusion entre Orange et Sunrise pour position dominante.

Le gendarme helvétique a interdit la fusion en raison d’une " position dominante " " suceptible de supprimer la concurrence effective, sans que de nouveaux entrants sur le marché n’aient pu exercer un pouvoir disciplinant " a expliqué la commission de la concurrence (Comco).

La fusion France Télécom avec le danois TDC annoncée le 25 novembre dernier prévoyait une acquisition de 75% de la filiale suisse de TDC pour un montant de 1, 5 milliards d’euros. En fusionnant Orange Suisse et Sunrise, les 25% restant, détenus par TDC, permettait à Orange d’absorber la totalité du capital au bout d’un an.

Jusqu’à présent, trois opérateurs se partagent le gâteau des télécommunications en Suisse. Avec la fusion, il n’y aurait plus que deux concurrents, c’est-à-dire Swisscom et une nouvelle marque résultant de la fusion. C’est peut être l’objectif du maintien des prix élevés qui a poussé le régulateur suisse à interdire la fusion. La Comco a expliqué que la fusion aurait "créé une situation dans laquelle les incitations à la concurrence auraient été insuffisantes", alors qu’avec trois opérateurs un certain dynamisme est maintenu sur le marché suisse de la téléphonie mobile".

France Télécom a indiqué qu’elle n’excluait pas de faire appel devant la cour administrative fédérale helvétique dans un délai de 30 jours
 

Source Challenges