Free, dernier gros opérateur à ne pas reprendre M6 Replay

Free, dernier gros opérateur à ne pas reprendre M6 Replay
 
Désormais, les abonnés Numericable peuvent revoir directement et sans frais supplémentaire les programmes phares de M6 pendant 7 à 15 jours suivant leur diffusion. Ces derniers peuvent ainsi retrouver quand ils le souhaitent les séries à succès (NCIS, Medium, Californication), les magazines d’information (Capital, Zone interdite, 66 minutes), les grandes émissions de M6 (D&Co, Un Dîner Presque Parfait, MIAM), ainsi que l’information avec les journaux télévisés 1945 et 1250.
 
Lancé en mars 2008 par M6 Web, M6 Replay propose 80% des programmes de la chaîne à revoir en intégralité. Ce service entièrement gratuit rencontre un franc succès avec une progression continue du nombre de visionnage qui représente les 20 millions de programmes vus par mois. M6 Web explique qu’il poursuit ainsi sa stratégie de développement sur la vidéo online en proposant son service de télévision de rattrapage sur tous les modes de diffusion.
 
Free va-t-il enfin reprendre les services de catch-up TV des chaînes gratuites ?
 
L’intérêt de la catch-up TV pour les chaînes gratuites ou payantes est différent. Pour les chaînes payantes, il s’agit d’un service complémentaire, proposé sans cout supplémentaire et qui est donc censé accroitre le nombre d’abonnements à la chaîne concernée. Dans ces conditions, les chaînes ont tout intérêt à ne pas demander de participation aux opérateurs de télévision par ADSL. Et quand bien même l’opérateur devrait prendre en charge l’hébergement des vidéos, il s’y retrouverait au travers de la redevance qu’il perçoit déjà sur les chaînes payantes.
 
Concernant les chaînes gratuites, les choses sont différentes puisque de fait, la catch-up TV ne participe pas à l’augmentation du nombre d’abonnements. Elles doivent donc trouver un modèle économique différent, c’est pourquoi des publicités sont diffusées en début de programmes. Mais pour dégager des marges sur leurs services de rattrapage TV, les chaînes demandent également une participation aux opérateurs de télévision par ADSL (que ce soit financière et/ou pour l’hébergement). C’est probablement la raison pour laquelle M6 Replay, par exemple, n’est toujours pas disponible sur Freebox TV
 
Un bras de fer qui tourne à l’avantage des chaînes
 
Si un opérateur ADSL participe au financement du service de catch-up TV d’une chaine gratuite, les autres chaînes proposant le même type de service lui réclameront certainement une redevance également. Deux solutions s’offrent donc opérateurs ADSL : Soit verser une redevance à tous les services de catch-up tv gratuits, soit refuser de payer en espérant que ces services trouvent un modèle économiques différent, basé uniquement sur la publicité par exemple.
 
Free a visiblement choisi la 2ème solution, mais la catch-up TV risque d’être un produit de différentiation des offres de TV par ADSL de plus en plus pris en compte par les français dans le choix de leur FAI. Il pourrait ainsi être compliqué pour Free de ne pas reprendre ce type de service alors que ses principaux concurrents les proposent.