L’UFC-Que Choisir veut entamer une action en justice contre Free

L’UFC-Que Choisir veut entamer une action en justice contre Free

<>

Plusieurs griefs sont reprochés à l’opérateur : il y a bien sûr la facturation de la prestation d’assistance lorsque l’on téléphone à la hotline, mais également le fait que, lors de l’inscription sur le site Internet de Free, la case « service plus » (incluant un anti-virus, une hotline dédié, l’installation à domicile et l’assurance de la Freebox et du matériel informatique) soit cochée par défaut, et que son tarif (9,99€/mois), ne soit pas affiché dans le cout mensuel global en fin d’inscription. Dans la ligne de mire de l’UFC-Que choisir également, la durée de la résiliation qui serait de 1 mois contre 10 jours légalement ainsi que le moyen de paiement par prélèvement qui serait quasi-imposé.

Plus étonnant par contre, l’UFC-Que Choisir dénonce le fait que tout n’est pas compris dans l’offre comme les appels vers les mobiles et les numéros spéciaux. L’association de défense des consommateurs estime également que certains services présentés comme "exclusifs" : le Wifi rapide (wifi Mimo n), la radio sur le téléviseur, la télévision sur plusieurs postes, le logiciel de contrôle parental sont également proposés par les concurrents.

Si on ne doute pas que l’UFC-Que choisir, veuille défendre l’intérêt des freenautes, il est par contre un reproche qui ne sera pas du gout de tous les freenautes. En effet, Free a mis en place des frais de résiliation dégressifs. Si vous souhaitez acquérir la dernière version de la Freebox, ou alors démanger sans avoir à payer la résiliation, votre ancienneté est remise à 0, c’est-à-dire que les frais de résiliation remontent à 96 euros puis sont de nouveau dégressifs de 3 euros par mois. Ce système permet donc d’obtenir gratuitement du nouveau matériel alors qu’il est facturé, souvent au prix fort chez les autres fournisseurs d’accès. Ce système a été d’ailleurs plébiscité à 82% par les personnes interrogées lors d’un récent sondage sur Univers Freebox. Si ce système était remis en cause, la migration vers une nouvelle Freebox pourrait devenir payante, rappelant la tristement célèbre intervention de l’association Famille de France devant la justice qui avait fait perdre des avantages aux freenautes.

Source : Les Echos