Le déclin du P2P rend l’Hadopi (encore plus) obsolète

Le déclin du P2P rend l’Hadopi (encore plus) obsolète

Sur son blog High Tech, Benjamin Ferran, journaliste au Figaro, rapporte une étude sur le P2P d’Arbor Networks dont Wired et InformationWeek publient les principales conclusions en avant-première.

 

 

« Surprise : "globalement, le P2P décline et il décline rapidement", dit Craig Labovitz, chercheur chez Arbor Networks. Cette conclusion, qui s’observe en scrutant les ports dédiés aux protocoles d’échange en P2P, est corroborée par l’analyse des paquets échangés, précise Wired (les logiciels peuvent avoir tendance à se cacher). Ainsi, en deux ans, la proportion du P2P serait tombée de 40 à 18% du trafic des fournisseurs d’accès à internet. », explique le journaliste. Mais si l’utilisation du P2P est en chute libre, celui du streaming ou du téléchargement direct, sur des sites légaux comme Deezer, ou illégaux comme Megavideo, est en forte augmentation.

« Face à ces nouvelles pratiques, la machine Hadopi se trouve fort dépourvue. La loi a en effet été taillée pour dénicher les internautes sur les réseaux de peer-to-peer. Il est en revanche impossible d’intercepter les internautes sur les sites de streaming ou de téléchargement direct, sauf à vouloir traquer tout le trafic chez les FAI en amont, ce qui promet un nouveau débat parlementaire mouvementé. Ces plates-formes étant pour la plupart situées à l’étranger, il n’est pas question non plus de mettre en œuvre une riposte graduée massive. » poursuit Benjamin Ferran

Lire l’intégralité de cet article sur technonotes