Clin d’oeil: “J’ai pas la fibre”

Sur son blog, Samuel Gontier, journaliste de Télérama rapporte ses péripéties liées à l’installation de la fibre dans son immeuble. Au final, les techniciens sont repartis sans n’avoir rien installé. Une histoire qui risque de se répéter avec le développement des offres fibre optique. L’histoire ne dit cependant pas de quel opérateur il s’agissait.

Le propriétaire l’avait claironné par affichage : la fibre optique arrive ! Prenez rendez-vous pour faire raccorder votre appartement. J’ai pris rendez-vous pour un lundi matin entre 8h et midi. Les installateurs ne sont pas venus. Pas grave : j’ai siroté le café que je leur avais préparé en rédigeant un blog télé. Puis j’ai repris rendez-vous pour un vendredi matin entre 8h et midi. Les installateurs ne sont pas venus. Pas grave : j’ai siroté le café que je leur avait préparé en rédigeant un blog télé. Puis j’ai repris rendez-vous pour ce matin entre 8h et midi.

Je n’ai pas préparé de café. Ça a marché. Les installateurs sont venus. Ils ont même téléphoné pour prévenir : « Attention, on arrive, vous allez voir ce que vous allez voir. » J’ai vu. Ils sont arrivés à trois. Ils ont commencé à déballer un tas de matériel : câbles, outils, caisses, cartons… Le chef m’a expliqué la procédure : « On va faire ci, on va brancher ça là, on va faire comme ça et on va raccorder ça par ici. Et vous ne pourrez plus vous servir de votre second téléviseur. » « Ah bon ?, j’ai fait. C’est dommage mais, après tout, c’est vous qui savez. Allez-y les gars. »

Les gars y sont allés, ils ont tout installé, ils ont branché des tas de trucs sur mon poste, décodeur, « box », cordons d’alimentation, prises péritel, etc. J’essayais de rassurer mon téléviseur qui paniquait. Habitué à un traitement plus affectueux, il supportait mal de se faire tripoter les orifices sans ménagement par des inconnus. « Ça va pas durer longtemps, c’est juste un mauvais moment à passer et après tu recevras Secret Story en Super-Méga-HD-de-la-mort-qui-tue », lui sussurai-je à l’oreille.

Lire la suite du témoignage sur Télérama.fr