Le 4éme opérateur 3G va-il-créer des emplois ?

Le 4éme opérateur 3G va-il-créer des emplois ?

<>
Mais reste une interrogation sur la création d’emplois. Suite à la parution au Journal Officiel de l’appel d’offre, les syndicats CFE-CGC et Unsa se sont immédiatement inquiétés du fait qu’il ne comportait pas de clause liée à la création d’emplois, ainsi que le rapporte l’AFP «"C’est avec stupéfaction que la CFE-CGC et l’Unsa constatent que l’appel d’offres ne contient aucune obligation en matière d’emploi", notent les syndicats dans un communiqué, affirmant que "la plupart des centres téléphoniques d’assistances techniques sont sous-traités à l’étranger (et hors d’Europe), sous prétexte de réduction des coûts".

Si les craintes sur l’emploi en France peuvent être justifiées, l’exploitation d’un réseau 3G créera obligatoirement des emplois dans notre pays. Au delà des centres d’appels, les emplois liés au déploiement du réseau ainsi qu’à son entretien ne pourront pas être délocalisés. Quelle que soit la politique du candidat qui sera choisi, ce seront donc des milliers d’emplois qui seront créés en France (directement ou par des sous traitants).

Pour comparaison, Bouygues Télécom, le plus petit des opérateurs mobile actuels, a créé 8 000 emplois en 13 ans. Cependant, selon Martin Bouygues, une guerre des prix dans le mobile pourrait entrainer de 10 000 à 30 000 suppressions d’emplois.