Freezone S'inscrire

Hadopi : Le salarié licencié de TF1 s’explique

L’homme, par qui la polémique est arrivée, le premier souffre-douleur d’Hadopi (alors qu’il n’a pas été flashé en téléchargement illégal), était sur le plateau de l’émission "Comme un vendredi". Jérôme Bourreau-Guggenheim, ex-responsable du pôle innovation web de TF1, s’est expliqué au sujet de son licenciement, suite à l’envoi d’un email anti-Hadopi à son député, Françoise De Panafieu.

 

 

Finalement, aujourd’hui, celui qui commet le préjudice (Le directeur adjoint au Ministère de la Culture et de la Communication) est relevé de ses fonctions pendant 1 mois, et le souffre-douleur est licencié... Un vrai cauchemar dans une société qui rêve d’entendre les vérités que la chaîne et le ministère de la Culture tentent d’enterrer...

 

Notons que le chanteur Bernard Lavilliers juge que la loi Hadopi est inadaptée. "une loi mal foutue (...) qui va profiter aux multinationales, mais pas aux artistes". En toute état de cause, il n’a pas peur de perdre son emploi ;)

 

Toute l’actualité autour de cette affaire controversée :

NB : Les vrais victimes d’Hadopi seront les internautes... (10 000 avertissements par jour... 1000 suspensions d’accès à internet par jour... selon la Ministre de la Culture).

Publié le par
Partager sur Google + Partager sur Twitter Partager sur Facebook Alertes mail Partager
COMMENTAIRES DES LECTEURS (68)
Afficher les 63 premiers commentaires...
Posté le 18 mai 2009 à 04h22
Evidemment que toute la chaîne de transmission de ce mail mérite d'être foudroyée ... Mais bon, pour avoir été aux prud'hommes, je peux vous dire que, pour commencer, ça ira en appel. Parce que ça va toujours en appel et parce que en première instance, il se trouvera toujours un président de séance patronal pour déclarer que ce genre de licenciement est du bon droit de la direction, que le motif n'avait même pas besoin d'être détaillé (cheminement du mail) et qu'il est incompétant pour juger autre chose que le licenciement (la delation, les agissements des cabinets ministériels ne le concernent pas : n'ayant pas à juger les auteurs des faits, mais seulement un licenciement réalisé par le destinataire de la fuite, le licenciement est juridiquement valable ;-). Le gars va donc perdre son job pour au moins 3 ans (délai pour aller en appel) ... sans compter les coups bas (pièces non communiquées, conclusions non communiquées, demandes d'ajournement, etc, etc ...). Au final, il se trouvera toujours des avocats pour défendre avec emphase TF1.
Posté le 18 mai 2009 à 04h24
Ce type devrait attaquer l'Etat au pénal. Mais là, son procès au prud'hommes sera gelé jusqu'à la fin de la procédure pénale ... j'vous dis pas ... ;-)
Posté le 18 mai 2009 à 08h36
Vous vouslez en savoir plus sur l'avenir avec HADOPI c'est ici http://www.dailymotion.com/video/x9agin_tribunal-impartial-de-lhadopi_fun
Posté le 19 mai 2009 à 17h04
Moi ce qui m'énerve. C'est que le collaborateur d'Albanel a été suspendu, mais pas son salaire. Donc en gros, il gagne un mois de vacances payé par nos chers impôts et pour Albanel, l'honneur est sauf.
Posté le 21 mai 2009 à 12h21
En Chine ils ont déjà Hadopi et regardez le résultat. Pour un mot de travers tu te retrouves en taule, tu perds ton boulot etc .... L'histoire des artistes volés sur internet c'est le prétexte pour contôler les citoyens, et surtout leurs idées politiques ainsi que leur vie. Hadopi c'est la censure à tous les étages légitimée par de soi-disant artistes de gauche qui ne voient pas plus loin que leur porte-feuille. Ils ont vendu leur âme au diable pour du fric sans voir ce qui se cachait derrière. Au lieu dentamer un débat avec le PS ils ont préféré calomnier et insulter plutôt que de concevoir un système qui ne lèse pas les citoyens. En fait, grosso modo, soit tu crois en HAdopi comme à une loi divine et inaliénable, soit tu es traité de voleur et réprimé. Le problème n'est pas là et, Hadopi est un prétexte et un piège dans lequel les artistes sont tombés tête baisée. Pourquoi tête baissée, parce que ce gouvernement a compris que pour avoir l'assentiment de ses adversaires il faut les acheter avec des honneurs, des médailles, un poste au gouvernement et surotut du FRIC. Les artistes comme Lavilliers, Renaud et Leforestier ont donc choisi la solution de facilité, à savoir voter une loi disproportionnée qui dépasse le cadre de la soi-disante ruine des pauvres artistes milliardaires. Les petits artistes seront, avec ou sans Hadopi, exploités par les maisons de disque et en plus leurs textes et ce qu'ils peuvent dire sur internet sera fliqué aussi au mêm titre que les autres citoyens. Après le communisme qui a été galvaudé en Chine, à Cuba et en Russie et ailleurs, et mis sur le même plan que le pire des totalitarismes, Lavilliers, Renaud et consorts sont maintenant entrain de participer au massacre des idées de liberté et de justice. Oui Bernard, Maxime et Renaud vous êtes "Des bobos, vous faites partie du lot" à 100%. Non au piratage et non au flicage de la société. Pour un monde libre et sans profiteurs de droite et de gauche.
RUBRIQUE COMMENTAIRE
Bonjour, avant de poster, veuillez vous assurer d'avoir pris connaissance des règles.

X

Quatre consignes avant de réagir :

  • Rester dans le cadre de l'article. Pour des discussions plus générales, vous pouvez utiliser nos forums.
  • Développer son argumentation. Les messages dont le seul but est de mettre de l'huile sur le feu seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Respecter les acteurs de l'informatique et les autres lecteurs. Les messages agressifs, vulgaires, haineux, etc. seront modifiés ou effacés sans préavis par la rédaction.
  • Pour toute remarque concernant une faute dans l'article, merci de nous contacter exclusivement par le formulaire "signaler une erreur" lors de la sélection du texte de l'article (les commentaires portants sur ce sujet seront systématiquement supprimés).

Vous devez créer un compte Freezone et être connecté afin de pouvoir poster un commentaire.

Quelle est votre situation quant à la fibre de Free ?