Hadopi : Christine jouit pendant que Jack bug

Hadopi : Christine jouit pendant que Jack bug

Et voilà ! On est en plein dedans ! Un grand panneau ! Hadopi(re) est arrivée ! Les réactions à chaud de Christine Albanel (Ministre de la Culture) et de Jack Lang (député PS) ne se sont pas fait attendre après l’adoption de la loi Hadopi à l’Assemblée Nationale

 

En effet, la Ministre a estimé que le gouvernement "ne porte pas atteinte à un droit fondamental". Elle nous couperait l’envie de rire ! Quant au député PS, il rêve " de préserver, protéger les droits d’auteurs. Les artistes et les auteurs ne vivent pas seulement d’amour et d’eau fraîche", dit-il en sortant de l’hémicycle ! Universelle farce ! Quincaillerie de simulacres ! A en couper la chique !

 

Après l’adoption du texte – Christine Albanel et Jack Lang :

 

A peine, a-t-il voté ! Le voilà sur France 3 ! Souvenez vous, il était déjà l’invité du 20h00 de TF1 pour défendre Hadopi ! Il est partout ! Aussitôt parti… Aussitôt revenu ! Pluie soleil ou neige, il se donnerait tout entier ! Une pièce comme montée ! Sur France Télévisions, il chahute… suffoque sa tragédie ! Le député socialiste n’a pourtant pas changé de CD ! Big Bug Brother ! "Les artistes ne peuvent pas vivre d’amour et d’eau fraîche". Le décor parfait ! Grande moralité ! Ah ! Il l’a déballé la notice !

 

Encore Jack Lang sur France 3 :

 

La riposte graduée prévoit : Un premier courrier d’avertissement par email en cas de téléchargement illégal. Si l’internaute persiste dans les 6 mois, un second courrier d’avertissement par lettre recommandée lui sera envoyée à son domicile. Après le second avertissement, s’il récidive dans un délai d’un an, la sanction tombe : Suspension de l’abonnement internet (de 2 à 12 mois) sur décision de la haute autorité (Hadopi) ! Et sans distinction s’il vous plait ! Avec Hadopi… Tous punis de 7 à 77 ans !

 

Coupé du réseau, l’internaute (ou la famille tout entière ndlr) continuera de payer l’abonnement et n’aura pas le droit de souscrire un autre contrat chez un FAI (fichage… fichage… ndlr). Ce sont les sociétés privées (ayants-droits et autres…) qui traqueront les adresses IP. Elles transmettront ensuite leurs chasses à l’internaute à la haute autorité (Hadopi). C’est l’Hadopi qui mettra en garde l’internaute et qui demandera aux fournisseurs d’accès d’appliquer la suspension. Si le FAI ne s’exécute pas, il sera à son tour assommer (sanctions pécuniaires).

 

Les informations personnelles des internautes soupçonnés seront stockées dans un fichier… (avec toutes les erreurs qui découlent du fichage… nldr). La loi prévoit notamment l’installation d’un logiciel-espion (mouchard) pour prouver sa bonne foi. Pas d’amnistie ! Suspension ! Double peine ! Vous l’aurez compris ! Dès le premier avertissement, il n’y aura plus rien à attendre ! On patauge dans l’absurde ! On est fait ! A se demander combien de temps nos abonnements vont encore durer !

 

L’intégralité des débats dans l’hémicycle avant le vote solennel, ainsi que le vote (20mn) :

 

Votée et adoptée, ainsi en a décidé l’Assemblée Nationale ! La loi Hadopi est pourtant contraire aux droits européens. L’amendement 46, voté à une large majorité par les députés européens, prévoit qu’aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires (ce qui n’est pas le cas de l’autorité mise en place par Hadopi).

 

Dernière étape… le Sénat (sans illusion…aucune… en première lecture, les sénateurs avaient accepté le texte).

 

Ne Perdons pas le fil !