HADOPI: Et si tout reposait sur un gros mensonge ?

HADOPI: Et si tout reposait sur un gros mensonge ?

La France championne du monde du piratage, les maisons de disque sont en péril, voilà le genre de refrains que nous assènent la ministre de la culture et les majors du disque pour nous faire avaler des couleuvres. Mais l’UFC Que Choisir dénonce ces affirmations, chiffres à l’appui. Lors de la conférence de presse organisée hier par l’association de consommateurs, relayée par Les Echos, il a été fait état d’une toute autre réalité :

La SACEM
La société des auteurs compositeurs a enregistré en 2007 une année record pour ses revenus, à 759,1 millions. Si il y a effectivement une baisse des ventes des CD, elle est compensée par d’autres revenus comme ceux générés par le spectacle vivant ou les sonorisation publique qui ont progressé de 6,1%. En 2008, la SACEM a par contre enregistré une baisse de ses revenus, mais limitée à 0,4%

Universal Music
Si le chiffre d’affaire du numéro 1 mondial du disque a effectivement baissé de 4,5% en 2008, son résultat opérationnel a, lui, progressé de 9,9% à 686 millions d’euros

Le cinéma
L’année 2008 aura été une année record, tant par le nombre de films produits (196) que par le nombre d’entrées en salle. Selon Médiamétrie, 36 millions de Français se sont ainsi rendus dans les salles de cinéma. Soit la fréquentation la plus importante depuis que cet indicateur a été créé en 1995.

La télévision payante

Elle semble ne pas souffrir non plus du piratage. Canal+ a enregistré l’an dernier une hausse de 2,8% de ses revenus à 3,85 milliards d’euros.

Le piratage en France
L’UFC- Que Choisir dément les propos de Christine Albanel qui prétend que la France serait la championne du monde du piratage. L’association prend l’exemple du plus important site de téléchargement illégal : The Pirate Bay. Sur la journée de lundi, les français ne représentaient que 4,6% des utilisateurs, très loin de la Chine avec 21,4%, des Etats Unis (11,8%), de l’Espagne (7,772%) ou de l’Angleterre 5,28%)

Certes, les ventes de CD et de DVD ont chuté respectivement de 15% et 7,5%. Mais n’est-ce pas tout simplement dû à l’évolution du monde dans lequel nous vivons ? Les DVD et surtout les CD ne sont-ils tout simplement pas voués à disparaître au profit d’autre modes de consommation ?
Les maisons de disques ainsi que le gouvernement ne semblent cependant pas se poser ce type de questions et préfèrent défendre une technologie dépassée, au lieu d’adapter cette industrie au monde actuel. « Nous allons vous faire aimer l’an 2000 » pourraient reprendre en cœur notre chère ministre de la culture et les majors du disque. Oui mais nous sommes en 2009…