Info ou intox : l’offre Freemobile réservée aux grandes agglomérations ?

Info ou intox : l’offre Freemobile réservée aux grandes agglomérations ?

L’hebdomadaire Marianne de cette semaine prétend, dans un article intitulé « La recette de Free pour casser les prix », que ce dernier, pour pouvoir faire économiser 1000€ à un foyer disposant de 3 abonnements à un forfait mobile, ne devrait proposer son offre quand dans les grandes agglomérations.
« Ce niveau de tarif devrait se réaliser grâce à des offres géographiques. Comme il l’a fait dans l’ADSL, Free devrait proposer des tarifs généreux pour les habitants des grands centres urbains. Pas question donc de couvrir le territoire dans sa totalité. De la concurrence oui, mais pas pour tout le monde, voila la recette » peut on lire dans cet article.

Alors, info ou intox ?

Cette future licence contient une clause qui permet aux acquéreurs d’une licence 3G, ne disposant pas de licence 2G, de pouvoir utiliser le réseau 2G des autres opérateurs pour compléter sa couverture. Ce n’est pas une spécificité française, d’autres opérateurs en Europe ont déjà bénéficié de cette clause. Elle permet de mettre au même niveau de couverture que ses concurrents les nouveaux entrants.
Dès que Free aura déployé 25% de couverture en 3G, il aura ainsi accès en roaming sur le réseaux 2G de ses concurrents.

Contrairement à ce que prétende l’article de Marianne, et comme Free l’a déjà annoncé, le nouvel entrant, que ce soit Free ou un autre, aura donc une couverture nationale dés le lancement de son offre.
Par contre, ce qui est probable, est que les grands centres urbains, en plus de la téléphonie illimitée accessible sur tout le territoire, devraient bénéficier des services liés à la 3G. Les campagnes devront certainement attendre encore un peu pour bénéficier du haut débit mobile.

La réponse de Free

Suite à la publication de l’article de Marianne, nous avons demandé à Free ce qu’il en était. Celui-ci dément les propos de Marianne et nous a précisé que « au contraire, le nouvel opérateur aura des fréquences d’abord dans les zones non denses, qui seront donc couvertes très vite. »