Test du Huawei Y6p : quelle expérience avec ce smartphone à petit prix sans les services de Google ?

Test du Huawei Y6p : quelle expérience avec ce smartphone à petit prix sans les services de Google ?

Désormais positionné sous la barre des 150 euros, le Huawei Y6p s’adresse aux petits budgets. Celui-ci met en avant une grosse batterie pour une solide autonomie et un triple capteur photo. Mais un autre aspect interpelle : l’absence des services de Google et donc du Play Store. Nous l’avons testé pendant une semaine et voici nos impressions à son sujet.

Avant de passer au test, rappelons les principales caractéristiques de l’exemplaire acquis par nos propres moyens :

 


Fiche technique du Huawei Y6p : les caractéristiques


-   Processeur : octa-core jusqu’à 2,0 GHz (chipset Helio P22)

-   Mémoire vive : 3 Go


-   Écran : dalle IPS 6,3 pouces
avec une définition HD+ (1 600 x 720 pixels)

-   Audio : son sortant de la tranche inférieure

-   Stockage : 64 Go extensible par carte MicroSD (jusqu’à 512 Go)


-   Deux logements Nano-SIM accessibles depuis un tiroir de la tranche gauche

-   Compatibilité 4G : support des bandes 1/2/3/4/5/7/8/20/28

-   Compatibilité 5G : non


-   Triple capteur photo au dos (organisation en ligne) : 13 + 5 + 2 Mégapixels

-   Capteur photo à l’avant : 8 Mégapixels dans une encoche goutte d’eau


-   Prise casque 3,5 millimètres : oui (tranche inférieure)

-   Connectique de charge : Micro-USB (tranche inférieure)

-   Support Wi-Fi : version 802.11n

-   Connectivité Bluetooth : version 5.0

-   NFC : oui


-   Batterie : 5 000 mAh non amovible

-   Recharge filaire : support de la charge 10 Watts (bloc 5V/2A inclus dans la boîte)

-   Recharge sans-fil : non


-   Système d’exploitation : Android 10 avec l’interface EMUI 10.1


-   Solutions de déverrouillage : reconnaissance faciale avec le capteur photo frontal
ou lecteur d’empreintes digitales au dos

-   Patchs de sécurité installés durant notre test : décembre 2020


 

Une finition plutôt correcte pour le prix

Visuellement, le Huawei Y6p est loin d’être moche. Maintenant, l’épais menton au niveau de l’écran, l’encoche goutte d’eau pour le capteur photo avant et la présence de la connectique Micro-USB rappellent le positionnement entrée de gamme. Au même titre que les vibrations perceptibles au niveau du dos en posant un peu vite le smartphone sur la table ou en tapotant avec le doigt.

En main, le smartphone est agréable avec ses tranches arrondies, sa coque douce, son bloc photo bien intégré et son lecteur d’empreintes tombant naturellement sous le doigt.

Enfin, autant prévenir les plus maniaques, la coque accroche énormément les traces de doigt et les petites poussières.

Écran HD+ et son mono

Côté écran, on a le minimum syndical : dalle IPS, définition HD+ et encoche goutte d’eau pour le capteur photo. À l’usage, l’écran du Huawei Y6p n’a jamais posé de problème en termes d’angles de vision et de luminosité. Il fait tout simplement le boulot. Notez qu’on peut régler la chaleur d’affichage dans les paramètres.

Côté audio, pas de stéréo, mais un son puissant avec du relief. Un bon petit son d’appoint lorsque le smartphone est calé dans une étagère. Une bonne surprise pour un smartphone à petit prix.

On a également le mini-jack dans la tranche inférieure, non loin du haut-parleur d’écoute et du port de charge. Les écouteurs fournis ne sont pas d’ailleurs ni mauvais ni excellents. Peut-être un trop chargé en médiums, par moment. Au moins n’a-t-on pas envie de s’en débarrasser aussi sec.

Une partie photo (un peu) meilleure qu’attendu

Au niveau de la photo, on a un capteur principal 13 Mégapixels associé à deux capteurs 5 et 2 Mégapixels. Les amateurs de seflies trouveront un module 8 Mégapixels à l’avant.

À l’usage, on a un peu de polyvalence, mais pas de mode nuit pour les clichés en basse luminosité. Les résultats sont loin d’être exceptionnels, mais on aurait pu s’attendre à pire au regard du segment tarifaire.

Ci-dessous, une photo en extérieur en fin de journée :

D’autres photos en extérieur, en milieu de journée :

Une photo en extérieur de jour, puis sa version ultra grand-angle :

Deux photos en intérieur, avec un sujet qui bougeait un peu :

Deux photos de nuit :

Un selfie :

Gestion dual-SIM et 4G 700 MHz

Pas de 5G pour le Huawei Y6p qui se limite à la 4G, avec d’ailleurs le support de la B28 (4G 700 MHz) chère aux abonnés Free Mobile. Notez par ailleurs la gestion dual-SIM, avec un tiroir de la tranche gauche proposant deux logements Nano-SIM dédiés. L’extension MicroSD dispose de son propre emplacement.

Ci-dessous, des débits en intérieur :

Puis des débits en extérieur :

Pas une bête de course

Avec son chipset Helio P22 associé à 3 Go de mémoire vive, le Huawei Y6p n’est évidemment pas une bête de course, aussi bien sur le papier que dans les faits. La navigation ou le lancement des applications s’accompagnaient parfois de temps d’attente. Le smartphone nous permettait de jouer, quand le jeu fonctionnait (nous y reviendrons plus bas), mais pas dans les meilleures conditions non plus (graphismes peu détaillés et manque de fluidité). Un constat cependant pardonnable au regard du prix du smartphone. Une bonne chose : pas la moindre chauffe durant notre semaine de test.

Une journée sans problème, une charge pas trop longue

Le Huawei Y6p embarque une batterie 5 000 mAh, ce qui lui permet de tenir la journée sans problème et d’envisager une deuxième journée dans le cas d’un usage modéré.

Ci-dessous, un exemple d’utilisation : départ à 12h06 et arrivée le lendemain à 18h06 avec 16 % :

-  5 minutes de YouTube avec le son du smartphone

-  1 heure et 10 minutes de YouTube avec les écouteurs filaires

-  40 minutes de jeu avec les écouteurs filaires

-  1 heure et 40 minutes de streaming audio avec les écouteurs filaires

-  Consultations et alertes e-mail

-  Consultations Twitter

-  Surf sur Internet

-  SMS

-  Un appel voix court

-  Photos

-  6 téléchargements d’application

-  Fonctionnement continu de TousAntiCovid

Le chargeur 10 Watts paraît bien modeste, surtout au regard de la capacité de la batterie à remplir. Il faut également se satisfaire d’une connectique Micro-USB. Pas d’USB-C, ici.

Ci-dessous, un suivi de charge :

-  8h44 : 3 %

-  8h49 : 6 %

-  8h54 : 10 %

-  8h59 : 14 %

-  9h24 : 33 %

-  9h35 : 42 %

-  9h44 : 49 %

-  10h34 : 87 %

-  10h56 : 97 %

-  11h08 : 100 %

Une interface basée sur Android 10, mais sans le Play Store (et c’est bien là le problème)

Le Huawei Y6p est fourni avec un système Android 10 sans les services et applications de Google. Exit donc le Play Store, mais également Gmail, YouTube ou Maps.

Applications non disponibles dans l’App Gallery, applications disponibles fonctionnant finalement mal ou pas du tout, applications impossibles à installer avec des fichiers APK ou obligation de se rabattre sur la version Web du service, l’expérience d’un appareil Android sans le Play Store est synonyme de messages d’erreur récurrents et frustrante à la longue.

Quelques exemples. Un Aphalt 9 disponible sur l’AppGallery et installé deux fois, mais ne fonctionnant (correctement) que lors du premier démarrage, avant un écran noir systématique les fois suivantes.

Un nPerf disponible, dont le test de débit fonctionne, mais pas la carte (une version Full Huawei est d’ailleurs sur les rails, nous a indiqué le développeur). Une application Radio France disponible, mais ne fonctionnant pas au final.

Des APK installés à plusieurs reprises depuis les officiels ou des plates-formes alternatives (APKPure et APKMiror), avant de tomber sur le bon, ou pas.

Des applications sans installation à retrouver dans un Quick App Center ou à placer sur l’écran d’accueil, qui ne sont en fait que des raccourcis vers des versions Web pas optimisées (on le voit en basculant en mode paysage).

Si l’AppGallery n’est pas totalement vide, il manque trop d’applications. Nous avons fait passer le smartphone entre une dizaine de mains (collègues, amis et famille). Chacun devait chercher ses applications favorites. La plupart manquaient à l’appel.

Cerise sur le gâteau : la publicité de quelques secondes en plein écran avec le bouton Ignorer à chaque démarrage de l’AppGallery.

L’interface du Huawei Y6p propose pourtant des fonctions pratiques, comme le choix entre un écran avec ou sans tiroir d’applications, le choix entre la navigation par boutons ou par gestes, l’écran scindé pour le multitâche, le mode sombre pour le soir, le mode eBook pour la lecture, la navigation à une main et la gestion avancée des gestes (notamment le toc-toc pour la capture d’écran).

Nous avions en outre les patchs de sécurité de décembre 2020. Pas les derniers, mais pas les plus vieux non plus.

Toujours au volet sécurité, le lecteur d’empreintes dorsal et la reconnaissance faciale fonctionnaient à merveille, avec un atterrissage rapide sur l’écran d’accueil.


VERDICT

Techniquement, le Huawei Y6p propose ce qu’on attend d’un smartphone à moins de 150 euros. On a ainsi des performances assez moyennes, un écran sans prétention (mais confortable à utiliser), une compatibilité réseau limitée à la 4G (avec la B28 chère aux abonnés Free Mobile), des photos loin d’être exceptionnelles (mais pas totalement à jeter non plus) et une charge un peu longue (explicable en partie par la grosse batterie à bord).

Mais il y a cette partie logicielle sans les services et applications de Google qui ne rend pas l’expérience invivable, mais vite et régulièrement frustrante. Cela rend l’achat de ce smartphone sans grand intérêt à nos yeux, surtout que les alternatives ne manquent pas sur le segment entrée de gamme. Un smartphone est là pour se simplifier la vie, pas pour se la compliquer inutilement.