Nouvelle vague de suppressions d’emplois annoncée chez SFR

Nouvelle vague de suppressions d’emplois annoncée chez SFR

SFR va lancer une nouveau plan social qui va faire passer les effectifs sous la barre des 9 500 salariés

Après avoir déjà supprimé un tiers de ses effectifs suite à son rachat par Patrick Drahi, SFR va subir une seconde vague de suppressions d’emplois. Selon Le Figaro, ce sont 1 700 postes qui vont disparaitre, sur les 9 500 employés de l’opérateur, soit 18% du personnel, selon les syndicats. La direction fait un autre calcul et se base sur une assiette de 15 000 salariés, ce qui fait baisser le nombre de suppressions d’emplois à 11%. Il ne s’agira pas de licenciements secs, mais de départs volontaires et cela concernerait principalement les boutiques physiques (400 suppression d’emplois sur les 1 700 prévues). La direction assure par ailleurs que cette annonce s’inscrit dans un plan global avec l’embauche de 1000 jeunes et la promesse d’accélérer le déploiement de la fibre et de la 5G.

De leur coté, les syndicats ne comprennent pas cette décision. Abdelkader Choukrane, délégué syndical central de l’Unsa SFR explique : « Nous avions conclu un accord sur l’emploi avec la direction, qui s’était engagée à maintenir les effectifs à 9500 postes. L’accord avait été prolongé en 2017, jusqu’en décembre 2020 ». Et d’ajouter “L’Unsa ne comprend pas cette décision, les salariés sont inquiets. Les suppressions ne sont pas justifiées au regard de la santé d’Altice et du périmètre. Nous ne comprendrions pas que la ministre du Travail n’intervienne pas”. L’opérateur a en effet enregistré une progression de 2,4% de son chiffre d’affaires en 2020, ce qui rend cette annonce encore plus incompréhensible pour les salariés ; dont certains, cités par Le Figaro, estiment qu’Altice – la maison mère de SFR- prend le « prétexte du Covid » pour effectuer ces suppressions de postes.