Insolite : pour se plaindre de la lenteur de sa connexion internet, il achète une pub dans le Wall Street Journal

Insolite : pour se plaindre de la lenteur de sa connexion internet, il achète une pub dans le Wall Street Journal

On connaissait les tweets pour se plaindre de son opérateur, cet américain a décidé de passer à l’étape supérieure pour critiquer son opérateur AT&T.

Aaron Epstein, un américain de 90 ans a décidé de mettre les points sur les i face à son opérateur de longue date. En effet, il a été l’un des premiers habitants de sa ville à investir dans un abonnement téléphonique, chez AT&T, qu’il n’a jamais quitté depuis 1960. Il a depuis pris un abonnement internet, chez ce même telco, évidemment.

Mais il y a de l’eau dans le gaz. Alors que les débits s’envolent, Arron reste bloqué avec une petite connexion, de 3 Mb/s, trop faible pour profiter à fond du web. S’il aurait pu en rester là et simplement changer d’opérateur, notre abonné a décidé d’opter pour une solution. Il a en effet payé plus de 10 000 dollars, pour acheter une publicité dans les éditions de Manhattan et de Dallas du Wall Street Journal. Le rapport ? Cette publicité est en fait une lettre ouverte adressée au CEO d’AT&T, pour se plaindre de sa connexion.

 

La publicité en question a été publiée sur Twitter par Raju Narisetti

Voici une traduction pour les non-anglophones :

Cher M. Stankey,

AT&T se targue d’être un leader des communications électroniques.

Malheureusement, pour les personnes qui vivent à N. Hollywood, CA 91607, AT&T est devenu une grande déception.

Beaucoup de nos voisins sont les travailleurs techniques créatifs des studios Universal, Warner Brothers et Disney dans la ville adjacente de Burbank et dans notre ville.

Nous devons nous tenir au courant de la technologie actuelle et demander à AT&T de nous fournir un service internet rapide. Pourtant, bien qu’AT&T annonce des vitesses allant jusqu’à 100 Mbps pour d’autres quartiers, la vitesse la plus rapide actuellement disponible pour nous (…) n’est que de 3 Mbps.

Vos concurrents ont désormais des débits de plus de 200 Mbps.

Pourquoi AT&T, une entreprise de communication de premier plan, nous traite-t-elle si mal à North Hollywood ?

Sincèrement, Aaron M. Epstein, client AT&T depuis 1960.

Évidemment, la lettre ouverte n’est pas passée inaperçue et a été partagée sur les réseaux sociaux, puis reprise dans plusieurs medias anglophones. Pas de réponse publique de l’opérateur pour l’instant, mais Ars Technica indique avoir contacté un porte-parole d’AT&T affirmant que l’entreprise s’apprêtait à prendre contact avec le plaignant. Quand les abonnés font littéralement de la mauvaise pub à leur opérateur.

Source : via Fredzone