Free Mobile : un maire aurait préféré la mutualisation à la multiplication des antennes mais…

Free Mobile : un maire aurait préféré la mutualisation à la multiplication des antennes mais…

Une commune rend finalement les armes face à Free, qui va pouvoir installer son antenne-relais 4G. Le maire prône la mutualisation des équipements plutôt que la multiplication des sources de rayonnement.

Face à la volonté de Free d’installer une antenne-relais, la commune de Mareil-Marly, dans le département des Yvelines, avait dit non. Elle avait d’ailleurs engagé une procédure judiciaire. “Nous avons décidé de ne pas aller plus loin sur le plan judiciaire”, a toutefois indiqué le maire, après que le juge des référés ait donné raison à l’opérateur et alors que la commune préparait sa défense. L’antenne Free Mobile, devant servir à améliorer la couverture 4G, sera donc bel et bien implantée le long de la départementale 98, au niveau du garage Ford.

Peu de chances de remporter la bataille

Le maire Dominique Lafon souligne les minces chances de gagner. “La possibilité de s’y opposer était très faible, voire nulle”. Et d’ajouter qu’il y a “une pression très forte des pouvoirs publics afin de développer les réseaux des opérateurs”. L’édile pointe également ce qui apparaît un paradoxe à ses yeux, à savoir le fait qu’“il existe des réglementations très strictes quand on veut faire des modifications dans sa maison ou son jardin, mais l’implantation d’une antenne ne peut être contestée par une mairie, ne serait-ce qu’au sujet de son implantation”

Il fait en outre remarquer le fait “qu’à Mareil on capte déjà très bien”. Et de s’interroger sur la nécessité de multiplier les antennes : “Est-on obligé de créer une antenne par opérateur”. Au nom du principe de précaution concernant l’exposition aux ondes, il estime qu’il n’y a pas d’“intérêt à multiplier les sources de rayonnements”. Voilà pourquoi il serait, à ses yeux, “logique de tout faire pour diminuer leur nombre en mutualisant par exemple les antennes et les réseaux”. Pour l’élu, il y a une question à se poser : “Ce foisonnement d’antennes est-il dû à des intérêts commerciaux ou à des impératifs d’ordre technologique ?”

Pas d’orientation vers la crèche et un effort pour camoufler l’antenne

Alors que les craintes tournaient autour de la proximité de la crèche, le maire se veut rassurant. “L’antenne ne sera pas orientée dans sa direction”, indique-t-il. L’élu apporte aussi quelques éléments de réponse concernant l’aspect esthétique de l’équipement. Une collaboration entre les services de la ville et l’opérateur est en effet prévue pour l’intégrer au mieux dans le paysage.

Source : Toutes les nouvelles (version papier)