5G : Orange prévoit une couverture de plus de 80% en 2023 et d’aller “beaucoup plus vite que pour la 4G”

5G : Orange prévoit une couverture de plus de 80% en 2023 et d’aller “beaucoup plus vite que pour la 4G”

Le déploiement de la 5G devrait se faire à une cadence soutenue, d’après Orange. L’opérateur historique prévoit en effet une couverture de plus de 80% d’ici 3 ans.

Aller bien plus vite que le déploiement de la 4G, voilà l’objectif d’Orange pour la nouvelle génération de téléphonie mobile en France. Lors d’une interview pour 01net, son directeur de l’innovation Michaël Trabbia explique prévoir à une couverture 5G de ’probablement plus de 80%” d’ici 2023 dans l’Hexagone, sans cependant préciser s’il s’agira d’une couverture de la population ou du territoire.

Il aura fallu attendre presque sept ans pour atteindre une couverture de 99% de la population en 4G chez Orange, Bouygues et SFR. Dans le cas de la 5G, pour l’opérateur de Stéphane Richard, le rythme va s’accélérer et le déploiement du nouveau réseau ira “probablement beaucoup plus vite que ce qu’on a connu sur la 4G“. Le déploiement se fera tout d’abord dans les grandes agglomérations en 2021, la directrice générale d’Orange Fabienne Dulac ayant annoncé la couverture des 32 plus grandes villes françaises à la fin de l’année prochaine lors d’une interview pour Europe1. Puis en 2022-2023, le réseau sera généralisé aux plus petites communes, les opérateurs étant tenus de déployer 25% des sites 3,5 GHz en zone rurale, hors des principales agglomérations.

Les opérateurs sont en effet tenus à un certain nombre de règles concernant le déploiement de la 5G, par le cahier des charges de l’Arcep. Le rythme de déploiement des sites 3,5 GHz est ainsi fixé avec une trajectoire précise. Ainsi, Orange, Bouygues, SFR et Free doivent avoir 3000 sites en 2022, 8000 sites en 2024 et 10 500 sites en 2025.

Pour rappel, Orange a lancé jeudi dernier son réseau 5G dans 15 villes et prévoit 160 communes couvertes avant la fin du mois de décembre. D’après les derniers chiffres de l’ANFR, l’opérateur a activé 341 sites 5G 3,5 GHz au premier décembre, et possède 472 sites 2100 MHz autorisés, prêts à être utilisés pour la nouvelle génération de téléphonie mobile.