J’alerte l’Arcep : après les abonnés, Orange, Free, Bouygues et SFR peuvent désormais signaler tout dysfonctionnement

J’alerte l’Arcep : après les abonnés, Orange, Free, Bouygues et SFR peuvent désormais signaler tout dysfonctionnement

Le gendarme des télécoms a amélioré sa plateforme de signalement, l’ouvrant à de nouveaux acteurs et facilitant l’expérience utilisateur.

Un problème de réseau, direction “J’alerte l’Arcep” ! Le régulateur a annoncé des nouveautés sur son outil de signalement. Avec 90 000 alertes recueillies depuis son lancement en 2017, ce site permet de faire le lien entre les utilisateurs et le gendarme en cas de problèmes rencontrés.

L’une des nouveautés concerne les acteurs pouvant envoyer des alertes au régulateur. Dorénavant, les développeurs d’application, les associations de consommateurs mais aussi les opérateurs télécoms possèdent une entrée dédiée pour simplifier l’envoi de leurs alertes et leur traitement par le régulateur.

Une présentation simple pour voir ce que vous pouvez signaler et entrer directement votre statut (particulier, opérateur etc.)

Le gendarme indique également que le parcours de signalement a été “repensé afin de fluidifier le dépôt d’une alerte“. Pour les personnes en situation de handicap, un parcours de signalement simplifié a été mis en place. Et pour faciliter encore plus le dépôt d’alertes, “J’alerte l’Arcep” sera prochainement intégrée à d’autres outils de régulation, notamment Mon réseau mobile, Carte fibre, Ma connexion internet et Wehe . De quoi signaler une incohérence entre les cartes dressées par le gendarme et votre expérience sur le terrain. 

Enfin, le traitement des données a été amélioré. L’outil utilisé a été entièrement repensé et donne accès aux agents à des tableaux de bord de suivi des signalements. Si un grand nombre de signalements concerne un sujet, il leur est possible de paramétrer une alerte pour traiter ce problème rapidement.