Free Mobile : l’implantation d’antennes-relais contrecarre les plans d’une famille

Free Mobile : l’implantation d’antennes-relais contrecarre les plans d’une famille

Deux antennes-relais qu’ils n’ont pas vues venir et qui contrecarrent leurs plans.

Avec pour objectif de faire déménager une tante de 91 ans près de chez eux, dans le sud de la France, Armelle et Ehoarn Gilbert ont mis en vente, en décembre 2019 et pour le compte de la famille, la ferme de la vieille dame située dans les Côtes-d’Armor. Sauf que des antennes à proximité non activées, dont une de Free installée en septembre dernier et une d’Orange installée quelques mois plus tôt, ont changé la donne.

Un frein pour les acheteurs

Le couple déplore un réel frein pour les potentiels acheteurs, avec des antennes Free et Orange se traduisant par des pylônes de 30 mètres de haut implantés le long du terrain de foot de Penvern jouxtant la propriété estimée à 570 000 euros. Les acheteurs potentiels, dont certains avec des projets de chambres d’hôte, ont été refroidis. Selon le couple, les acheteurs évoquaient les craintes liées aux ondes, mais aussi la pollution visuelle. L’agence s’occupant de la vente confirme le frein à l’achat : “Déjà, la première avait été une surprise. Mais là, avec la deuxième près de la cour, c’est juste pas possible”. Des aspects dont elle doit pourtant informer les acheteurs et qu’il est impossible de louper.


Crédit photo Actu.fr

Pas question pour autant de brader le bien familial. “Pour ma tante, ce bien représente toute une vie de labeur, elle est en droit d’en avoir le retour aujourd’hui”, indique Ehoarn Gilbert, ajoutant que la vieille ferme datant de la seconde moitié du 19e fait partie du patrimoine de Paimpol.

Tout est en règle

“On nous a dit que tout a été fait dans les règles”, indique le couple après s’être rapproché de la mairie. Le feu vert pour les deux implantations sur le terrain communal a été donné par l’ancienne équipe municipale, avec un bail courant jusqu’en 2031. Mais l’entendant pas de cette oreille, Armelle et Ehoarn Gilbert envisagent la création d’un collectif avec d’autres riverains afin de réclamer le démontage des antennes. “Notre tante ne sortait plus de chez elle, comment aurait-elle pu le voir ? Elle n’a même pas reçu un courrier. Quand on sait qu’une maison est habitée par une vieille dame, ne pas s’assurer qu’elle est bien au courant, c’est trop facile”, estime le couple. Ils soulignent également l’entrée en Ephad suite à une chute. Eux non plus n’ont rien vu, car ne se déplaçant que quelques fois par an en raison de la grande distance. La fille non plus, car ne pouvant venir facilement depuis la Suisse, “surtout depuis l’épidémie”, souligne le couple.

Source : Actu.fr