Applications préinstallées sur les smartphones, Bruxelles agacée par ce procédé

Applications préinstallées sur les smartphones, Bruxelles agacée par ce procédé

La Commission européenne fait la chasse aux applications installées par défaut sur les smartphones difficilement supprimables.

La pratique est répandue auprès des opérateurs et également les constructeurs. Lors de l’achat de votre smartphone, ce dernier se retrouve déjà avec plusieurs applications installées par défaut. Des applications qui pour la plupart du temps ne sont pas indispensables et difficiles à désinstaller de l’appareil voir impossible pour certaine.

Selon le Financial Times, cette volonté s’inscrit dans le texte de loi “Digital Service Act” . Un texte de loi demandant plus de transparence sur les pratiques des entreprises du secteur du numérique permettant d’anticiper les abus de position dominante ou les collectes de données trop intrusives puis à terme de garantir plus de sécurité aux utilisateurs. Il est bon de rappeler que sur Android, bon nombres de ces applications préinstallées ont pour but d’offrir un autre choix que la suite logicielle de Google présente par défaut sur tous les smartphones certifiés par le géant de Mountain View.

Même si le texte de loi, Digital Service Act prendra effet vers la fin de cette année, ce dernier ne signera pas la fin des applications preinstallées sur smartphones puisque Google n’est pas concerné pour le moment. Ce texte de loi permettra donc dans un premier temps de permettre la suppression de ces applications par les consommateurs.