Smartphones : une application pourrait permettre d’indiquer votre taux d’alcoolémie

Smartphones : une application pourrait permettre d’indiquer votre taux d’alcoolémie

Des chercheurs seraient en train de mettre au point une application utilisant l’accéléromètre de votre smartphone, afin de savoir si vous êtes saoul.

Votre smartphone pourrait bientôt vous signaler si vous êtes en état d’ébriété ou non. En effet, une application mobile est en cours de développement part des scientifiques américains de l’université de Stanford. Cette application utilisera l’accéléromètre des smartphones pour étudier la démarche des utilisateurs, afin de savoir s’ils ont abusé de l’alcool ou non, comme le rapporte CNN. L’étude a été relayée mardi dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs et les premiers essais effectués sont plutôt bons.

Les tests ont été menés de la manière suivante : 22 adultes de 21 à 43 ans ont été sélectionnés, afin de boire une boisson à base de vodka dans un laps de temps d’une heure. Une fois la boisson ingurgitée, le taux d’alcoolémie du sujet est de 0.2%. La prochaine étape consistait à ce que les adultes marchent dix pas vers l’avant, puis se retournent et répètent l’opération dans l’autre sens, avec un smartphone attaché à leur dos analysant leur démarche grâce à l’application des chercheurs. Résultat : dans 9 cas sur 10, l’application ainsi que l’accéléromètre du smartphone ont permis de détecter des changements de démarche chez les volontaires lorsque leur taux d’alcoolémie dépassait le taux légal aux USA à savoir 0.08%.

Brian Suffoletto, médecin urgentiste en charge de cette étude a précisé à CNN : « Cette étude menée en laboratoire montre que nos téléphones peuvent être utiles pour identifier les signes de déficiences fonctionnelles liées à l’alcool ». Il a poursuivi : « Nous avons des capteurs puissants que nous transportons avec nous partout où nous allons. Nous devons apprendre à les utiliser pour mieux servir la santé publique ».

Comme Brian Suffoletto l’a confié à la BBC, il souhaiterait que cette future application puisse être accessible à tous dans les cinq prochaines années. Cependant, les smartphones collectent déjà de nombreuses informations sur leurs utilisateurs, une question reste en suspens, celle de leur vie privée.

Source : Capital