Une mesure phare pour le Haut Débit

TheInquirer rapporte qu’un sénateur, président du conseil général de la Moselle, Philippe Leroy a déposé un texte de loi prévoyant l’obligation de dégrouper les sous-répartiteurs. Ce texte a été adopté par la haute assemblée le 10 juillet dernier. Une aubaine pour les fournisseurs d’accès, et surtout pour les abonnés !

"Dans le respect d’une concurrence effective et loyale au bénéfice des utilisateurs, les fournisseurs d’accès à Internet réputés exercer une influence significative sur le marché de la sous-boucle locale sont tenus de fournir, sur ce segment de réseau, des prestations d’accès a minima équivalentes à celles offertes sur la boucle locale.

L’offre technique et tarifaire relative à l’accès à la sous-boucle locale recouvre toutes les dispositions nécessaires pour que les abonnés puissent notamment bénéficier de services haut et très haut débit à tarif raisonnable.

Aujourd’hui, la législation prévoit une obligation d’ouverture de la sous-boucle locale, à partir du sous-répartiteur, mais elle n’impose aucune disposition particulière quant au type de services devant être fourni par l’opérateur sur ce segment. Seul le service de la voix, aujourd’hui, est autorisé au sous-répartiteur par l’opérateur de la boucle locale cuivre. Les services DSL sont exclus. La fourniture des services ADSL n’est possible qu’à partir du répartiteur, plus éloigné de l’usager que le sous-répartiteur.

Or, on sait que l’efficacité des services DSL (débits, usages…) dépend de la longueur de la ligne. Plus l’usager est éloigné du point d’impulsion, moins il bénéficie de débits élevés et d’un accès aux différents services (TV sur DSL). En outre, l’avis n°08-A-09 du 5 juin 2008 du Conseil de la Concurrence établi une similitude entre le marché de la boucle locale et celui de la sous-boucle locale qui justifie l’équivalence des prestations admises sur ces deux segments du réseau de l’opérateur déclaré puissant.

Rendre obligatoire la formulation d’offres de dégroupage à partir de la sous-boucle sur les services DSL, dans des technologies compatibles (ADSL 2+, VDSL …), permettrait ainsi de rendre facilement éligible au haut débit dégroupé de très nombreuses habitations, qui ne peuvent avoir accès aujourd’hui qu’à des débits modestes".

La mesure envisagée est donc une mesure phare pour l’équipement numérique du territoire en haut et très haut débit. Free pourrait dégrouper directement la sous boucle locale directement au niveau des sous-répartiteurs, au plus près des abonnés – et donc, permettre à un plus grand nombre d’abonnés, d’accéder au service TV et/ou d’augmenter de manière significative le débit par exemple.

Voir un aperçu du texte sur le site du Sénat