SFR annonce une croissance de 100 % de Netflix sur ses réseaux et n’exclut pas de brider le débit de Disney+

SFR annonce une croissance de 100 % de Netflix sur ses réseaux et n’exclut pas de brider le débit de Disney+

SFR assure que les réseaux tiennent bon, mais rappelle aussi que chacun doit y mettre du sien pour traverser au mieux la crise du coronavirus. Le directeur général de l’opérateur salue ainsi les annonces des plates-formes vidéo et se dit prêt à brider Disney+ si la situation l’exigeait.

Les opérateurs télécoms se veulent rassurants concernant l’impact du confinement de la population sur le bon fonctionnement des réseaux. Selon eux, les infrastructures sont suffisamment dimensionnées pour encaisser la charge et les équipes mobilisées pour assurer le bon fonctionnement durant la crise.

Grégory Rabuel, directeur général de SFR, l’a d’ailleurs rappelé lors d’une interview accordée aux Échos, avec 10 000 collaborateurs sur le front, dont 5 000 techniciens sur le terrain qui travaillent de jour comme de nuit, certains écopant même parfois d’amendes. S’il admet des “difficultés au niveau de l’interconnexion avec les autres opérateurs et parfois un peu de congestion”, il affirme que “la situation est revenue à la normale”. Et d’ajouter que “les télécoms et Internet, pour les clients, sont comme l’eau ou l’électricité, personne ne comprendrait que cela ne fonctionne pas”. Grégory Rabuel se veut d’ailleurs rassurant face au risque d’explosion des réseaux : “Non, le réseau de SFR est solide, prêt à absorber de très fortes hausses de trafic”. Il ajoute tout de même : “Mais il pourrait y avoir des problèmes de saturation significatifs en cas d’usages déraisonnables pendant plusieurs semaines. Nous aurions alors une qualité de service extrêmement dégradée”.

Comme le gouvernement, les opérateurs ont ainsi invité les plates-formes de vidéo à réduire leur consommation en bande passante, afin que les loisirs numériques ne perturbent pas les usages propriétaires comme le télétravail et l’enseignement à distance. Un appel entendu, puisqu’Amazon Prime, Netflix et YouTube ont annoncé des mesures en ce sens. Après avoir indiqué une croissance de 100 % pour l’utilisation de Netflix et la nécessité de se poser “la question de l’engorgement”, Grégory Rabuel dit ainsi saluer les annonces des plates-formes, même s’il dit ne pas encore en voir les effets sur le réseau SFR.

Toujours concernant les plates-formes vidéo, Grégory Rabuel a été interrogé sur la possibilité de brider Disney+, dont le lancement a été reporté au 7 avril, ce à quoi il a répondu “si nous devions prendre des mesures en ce sens, nous ne nous les interdirions évidemment pas”. Il s’agit de “garantir une continuité de service aux priorités du pays et des Français”. Le directeur général de SFR indique également que l’utilisation de messageries comme WhatsApp a été multipliée par 4 et que l’usage du fixe – d’ailleurs recommandé par Bouygues Telecom à ses abonnés – est resté stable.

Source : Les Echos