Films et séries : le piratage en baisse en France

Films et séries : le piratage en baisse en France

Les chiffres montrent que les internautes se détournent des plates-formes de streaming et de téléchargement illégales, grâce au développement de l’offre légale. La pléthore d’offres pourrait toutefois repousser les internautes vers le piratage.

D’après les derniers chiffres de Médiamétrie, les internautes ayant accès aux films, séries et contenus sportifs sur des plates-formes de streaming et de téléchargement illégales depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur sont moins nombreux. Entre 2018 et 2019, leur nombre est en effet passé de 15,4 et 11,8 millions. Cela représente une baisse de l’ordre de 23 % en l’espace d’un an. “Du jamais vu “, note Bertrand Krug, directeur du département Internet de Médiamétrie.

Selon l’institut, cela s’explique par l’arrivée des plates-formes SVOD telles que Netflix. Maintenant, la multiplication des offres pourrait aussi inciter les internautes à aller quand même vers les plates-formes illicites. En effet, cette pléthore d’offres pourrait “paradoxalement peut-être relancer le piratage”, avec des internautes qui n’ont pas envie de multiplier les abonnements. “On ne pirate pas parce qu’on n’a pas les moyens d’acheter du contenu, mais parce qu’on veut un large choix de contenus… “, indique Lloyd Mullender, responsable d’études et de clientèle à Médiamétrie.

Lloyd Mullender fait le parallèle avec les contenus sportifs pour lesquels le piratage n’a pas diminué. Le nombre d’internautes les consommant illégalement est quasi stable entre 2018 et 2019. “Le fait de devoir payer plusieurs abonnements pour avoir un large choix de sport peut inciter certains internautes à aller vers des sites pirates“, selon lui.

Source : Les Echos