Les chaînes de télévision jugent “exorbitants” les coûts de diffusion de la TNT proposés par TDF

Les chaînes de télévision jugent “exorbitants” les coûts de diffusion de la TNT proposés par TDF

Alors que les contrats de diffusion des chaînes de la TNT via les sites de TDF arriveront tous à échéance d’ici 2021, un bras de fer s’engage entre les deux parties.

La grogne monte chez les chaînes de télévision concernant les coûts de leur diffusion sur la TNT. D’après elles, TDF, en charge de cette diffusion a demandé des hausses de tarifs “déraisonnables” aux chaînes. l’opérateur aurait ainsi augmenté ses tarifs de 10%, voir même de plus de 30% sur certains sites.

Le patron d’une chaîne de télévision estime que TDF “pratique des prix devenus exorbitants pour satisfaire ses actionnaires”. Face au mécontentement des chaînes, les négociations sont en cours. TDF se veut en effet rassurant et assure qu’un accord sera trouvé. L’opérateur explique que, au total, le coût de diffusion par chaîne a baissé de 20% depuis 2015, malgré le passage de la SD à la HD en 2016. De même, pour TDF, les opérateurs ne peuvent pas se dire surpris concernant les prix demandés.

Malgré cela, certaines chaînes envisagent des actions devant l’autorité de la concurrence pour potentiel abus de position dominante. D’autres, comme LCP, envisagent purement et simplement de quitter la TNT. La question s’est même posée pour Canal+, dont l’accord de diffusion expire le 5 décembre 2020. La filiale de Vivendi envisagerait alors de candidater “sous condition” pour conserver sa place sur le canal 4 de la télévision hertzienne.

Si les coûts de diffusion sont régulés par l’ARCEP depuis 2015, le régulateur veut lâcher l’affaire et ne plus intervenir. Sebastien Soriano, son président explique ainsi ” Nous sommes devenus les greffiers impuissants d’une tarification monopolistique. La seule solution est de cesser cette régulation, ce que nous allons faire fin 2020.”. En effet, face à la situation de monopole, TDF peut augmenter mécaniquement ses prix en répercutant des coûts fixes. Si l’Arcep, ne veut plus réguler, c’est le CSA qui tentera de faire office de médiateur dans cette situation. L’opérateur demande cependant à ce que les nouveaux contrats qui seraient signés d’ici à la fin de l’année prennent en compte le passage en ultra haute-définition (UHD) qui pourrait arriver au cours de ces 5 prochaines années, présageant donc des coûts supplémentaires.

Source : Les Echos