Orange, Free, Bouygues et SFR : l’IPv6 devient disponible sur plus de la moitié des accès à internet en France

Orange, Free, Bouygues et SFR : l’IPv6 devient disponible sur plus de la moitié des accès à internet en France

L’adoption de l’IPV6 sur les réseaux fixes se poursuit. La France passe aujourd’hui un nouveau cap bien que des disparités importantes subsistent entre les opérateurs.

“Le 3 juin 2022 la France a franchi la barre symbolique des 50% d’accès à internet en France qui proposent de l’IPv6 activé, d’après les estimations Arcep établies à partir des 4 principales sources de données disponibles”, salue aujourd’hui le régulateur.

Il faudra donc poursuivre sur cette lancée, la police des télécoms encourage d’ailleurs tous les acteurs à maintenir leurs efforts, plutôt logique puisque l’épuisement progressif des adresses IPv4 rend nécessaire une transition complète de l’ensemble de l’écosystème internet vers IPv6 à moyen terme.

“Du fait de la complexité actuelle d’internet, la migration d’IPv4 vers IPv6 ne peut être effectuée brutalement en un seul jour. Elle se réalise donc progressivement, d’abord en parallèle d’IPv4 c’est-à-dire en phase de cohabitation, puis, en remplacement total soit en phase d’extinction quand tous les acteurs auront migré”, précise l’Arcep.

En 2021,  la France a amélioré significativement son classement au niveau mondial en termes de taux d’utilisation d’IPv6, en passant de la dixième à la sixième place aujourd’hui. Sur ce même indicateur, la France s’est classée à la quatrième position au niveau européen, derrière la Belgique, l’Allemagne et la Grèce.

Sur les réseaux fixes, Free est le seul à tendre vers les 100%, avec un taux supérieur à 99%. Orange suit avec 83 % des abonnés ayant migré vers l’IPv6 au 30 juin 2021 (contre 78% un an auparavant). Loin derrière on retrouve Bouygues Télécom avec 44% (contre 28% lors du précédent baromètre) et enfin en queue de peloton SFR avec seulement 4,1%, contre 1,6% un an auparavant).

La mesure de l’adoption de l’IPv6 au niveau de l’accès à l’Internet se mesure à partir des 4 principales sources de données disponible dans le monde entier : Google, Akamai, Facebook qui publient des statistiques issues des services qu’ils hébergent et l’Apnic qui a une campagne de test pour mesurer l’IPv6. Afin de fiabiliser au maximum l’information et limiter l’impact des variations des données de l’un ou l‘autre des sources de données, l’Arcep calcule un indicateur global par pays.