Pornographie en ligne : des associations demandent le blocage temporaire de Twitter par Orange, Free, SFR et Bouygues

Pornographie en ligne : des associations demandent le blocage temporaire de Twitter par Orange, Free, SFR et Bouygues

Après les sites proposant exclusivement du contenu X, certaines associations demandent à l’Arcom de forcer Twitter à réguler l’accès aux images pornographiques sur son réseau social.

Pour certaines associations pour la protection de l’enfance, c’est un gros poisson auquel il faut s’attaquer. Alors que des plateformes comme Pornhub, XnXX ou YouPorn sont d’ores et déjà dans le viseur de l’Arcom pour un potentiel blocage des sites par les opérateurs télécoms, le Conseil français des associations pour les droits de l’enfant (Cofrade), représentant 50 associations de protection de l’enfance et l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (OPEN) veulent faire suspendre certains réseaux sociaux.

Les présidents de ces deux entités ont en effet signé une tribune dans le Journal du Dimanche en ce sens. ” De nombreuses études montrent que la plupart des petits Français possèdent désormais leurs propres outils numériques entre 6 et 10 ans, ce qui conduit à l’arrivée d’enfants de plus en plus jeunes sur les réseaux sociaux” expliquent-ils. Si la plupart des grands réseaux comme Facebook ou Twitter limitent l’utilisation à des personnes ayant plus de 13 ans, on sait que cette limite n’est pas vraiment respectée et d’après une enquête commandée par ces associations : 28% des enfants âgés de 7 à 10 ans et 72% des 11-14 ans les fréquentent régulièrement et possèdent au moins deux comptes.

Le résultat : 40% des 7-10 ans auraient été exposés à des contenus choquants, que ce soit en terme de sexualité ou de violence. Tous les réseaux sociaux ne sont cependant pas logés à la même enseigne et Twitter est particulièrement ciblé par ces associations, notamment au vu des conditions d’utilisations : “sont surprenantes voire en totale contravention avec les lois de protection de l’enfance en vigueur en France. S’il interdit les contenus « excessivement sanglants », Twitter autorise, sous conditions, la publication de tous les autres médias, y compris pornographiques (« pour adultes », selon l’euphémisme de la plateforme)“.

Il est ainsi assez facile de trouver des contenus explicites sur ce réseau social, et la simple mention “contenu sensible” et un bouton de validation ne suffit donc plus. Les associations font donc appel à une nouvelle loi votée en 2020 pour la protection des mineures forçant les plateformes hébergeant des contenus à caractères pornographiques à proposer un système de vérification d’age plus efficace. ” Il est flagrant que Twitter ne respecte pas la législation, et qu’il s’expose à une potentielle suspension de ses services en France si ses conditions d’utilisation étaient portées à la connaissance de l’ARCOM. Dans le contexte du rachat de cette plateforme et des annonces faites par son acquéreur, gageons que la protection de l’enfance ne sera pas sacrifiée au nom de la liberté d’expression” assènent-elles, faisant référence au rachat de Twitter par Elon Musk.

La présidente du Cofrade et le directeur de l’OPEN demandent ainsi “la suspension temporaire des réseaux sociaux qui ne respectent pas les textes législatifs de la protection de l’enfance” ainsi que la tenue “sans délais” d’États généraux concernant la régulation des réseaux sociaux, sous l’angle de la protection des enfants.