Clin d’oeil : quand la fibre se retrouve bloquée à votre porte à votre insu par un refus de paiement

Clin d’oeil : quand la fibre se retrouve bloquée à votre porte à votre insu par un refus de paiement

Quand la question de “qui règle l’addition” empêche les abonnés d’accéder à la fibre optique.

Avoir la fibre devant chez soi ne signifie pas forcément être raccordé. Le processus de raccordement passe par différents acteurs et si généralement, d’un point de vue administratif, les choses se déroulent sans accroc, les habitants de plusieurs logements  à Saint-Pierre, en Alsace, font l’amère expérience de négociations qui durent.

Dans une zone sans ADSL et avec une 4G très réduite, la situation est en effet assez délicate pour garder un semblant de connectivité, expliquent certains habitants touchés. « En un mois, avec ma femme, nous avons consommé plus de 700 Go. Ça nous demande à chacun de prendre plusieurs forfaits mobiles », témoigne l’une des familles les plus impactées. De quoi faire grimper le budget internet « autour de 120 € par mois », déjà monté « jusqu’à 200 € ».

La problématique touche notamment les habitants d’un programme immobilier de huit logements dans la commune. Pourtant, la fibre est bien présente, passant même juste devant l’entrée de la propriété et les logement sont déjà pré-fibrés, mais il manque un ingrédient essentiel : le raccordement.

Le promoteur de ces habitations, Carrés de l’Habitat, est remis en cause pour son absence de demande de raccordement par les habitants. Le directeur général de Rosace, en charge du déploiement dans cette zone, affirme que « tous les frais de raccordement sont à la charge du promoteur. La règle est bien connue et ne pose pas de problème, la plupart du temps ». Des propos secondés par le maire de la commune, mais le promoteur pour sa part rechigne.

Ce dernier met en avant des articles de loi tirés du code des postes et communications électroniques, ou de l’urbanisme, exprimant selon lui un flou quant à qui doit réellement se charger du paiement. L’aménageur explique avoir lancé le mois dernier “une demande de consultation de la convention signée entre la région Grand Est et Rosace. On attend toujours.

Le directeur général des Carrés de l’Habitat s’est déclaré “prêt à assumer ” ce raccordement s’il est prouvé que la responsabilité lui revient. Les habitants étaient même prêts à envisager d’avancer les frais de raccordement pour se sortir de la situation délicate, estimés autour de 8000 à 10 000€, avant d’en être dissuadé face au litige entre Rosace et Carrés de l’Habitat.  Ils doivent donc continuer d’attendre, comme ils le font depuis des mois.